Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:36

Courage ! Je suis passée par là moi aussi et j’en ai bavé ! Voici mes conseils.

  • Rappelez-vous que ce qui se passe n’est aucunement votre faute. Vous êtes quelqu’un de bien, vous méritez beaucoup mieux que ça. N’écoutez jamais les réflexions débiles telles que « tu cherches les ennuis » ou « c’est ta faute, tu n’avais qu’à ne pas mettre cette chemise affreuse. »
  • Eventuellement, faites une petite liste des choses gentilles qu'on a déjà dites à votre sujet, cachez-la bien et lisez-la quand vous vous sentez déprimé. Evitez cependant de lire ou de mentionner tout ou partie de votre liste en public: ça vous donnerait l'air prétentieux/se. De même,si vous appréciez quelqu'un pour telle ou telle raison, n'hésitez surtout pas à le lui dire, c'est toujours bon .
  • Gardez à l’esprit que personne, absolument personne ne peut se défaire d’un harceleur seul. Cela n’a absolument rien d’évident. Les adultes eux-mêmes se retrouvent complètement désemparés quand quelqu’un les harcèle en entreprise. On peut vraiment se demander pourquoi ils demandent ce genre de choses aux enfants alors qu’eux-mêmes en sont incapables. Oh, et intéressez-vous aux autres : ils s'intéresseront à vous.
  • Notez toutes les brimades dans un carnet, et gardez ce carnet en lieu sûr. Gardez également toutes les preuves matérielles (affaires détériorées, emails d’insultes…) Eventuellement, si on vous insulte, enregistrez discrètement les insultes avec un téléphone portable. Si on vous frappe, photographiez les bleus. Toutes ces preuves pourraient vous être utiles plus tard.
  • Demandez à un adulte de confiance de vous aider. S ’il refuse, demandez à un autre. Si exprimer tout cela à l'oral vous gêne, faites-le par écrit. Insistez jusqu’à ce qu’on vous croie.
  • Gardez courage. Même si c'est dur aujourd'hui, vous pouvez toujours vous en relever. Ce garçon a obtenu gain de cause, pourquoi pas vous?

Bon courage!

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:31

Il est toujours très pénible d’apprendre que son enfant est harcelé. Souvent, les parents pensent – à tort – que quelque chose ne va pas dans la façon dont ils ont élevé leur enfant et qu’on le harcèle parce qu’il est « faible ». Or, c’est loin d’être le cas. Comme je l’ai déjà mentionné plus haut, les agresseurs de cours d’école sont motivés par l’envie et la jalousie et cherchent à détruire tous ceux qui ont des raisons d’être plus heureux qu’eux ; c'est-à-dire à peu près tout le monde, à un moment ou à un autre. Ils agressent en priorité l’élève poli, pacifique et non-violent car ils prennent ces qualités pour des signes de faiblesse. Plutôt que de s’avouer bêtement envieux, ils inventent des prétextes ridicules (trop grand, trop petit, trop myope, trop noir, trop bon élève, etc.)

 

Les parents sont souvent les derniers à être avertis que quelque chose ne va pas. Cependant, des détails peuvent donner l’alerte : changements d’humeur, manque de sommeil, manque ou excès d’appétit, affaires « perdues » ou abîmées, notes en baisse, phobie scolaire…

 

Si vous remarquez quoi que ce soit qui ne va pas, demandez-le à votre enfant (est-ce que quelqu’un t’embête à l’école ?) S’il est gêné pour en parler, suggérez-lui d’écrire. Il peut très bien ressentir de la honte, ce qui est souvent le cas dans tous les types de harcèlement. Tenez-en compte et évitez de le culpabiliser davantage. Au contraire, essayez le plus possible de le valoriser.

 

Gardez toutes les preuves matérielles (affaires détériorées, messages d'insultes...). En cas de blessures, demandez à votre médecin un certificat certifiant qu'il y a eu agression ou photographiez les bleus: on ne sait jamais, ça pourrait servir plus tard.

 

Parlez-en aux personnes responsables de son école. Insistez. Demandez à être entendu. Voici un modèle de lettre dont vous pouvez vous inspirer.

 

Si l’école fait la sourde oreille (ça peut arriver plus d’une fois), contactez la gendarmerie ou le procureur de la république, ou signalez le problème à l'inspection d'académie. Si la sécurité de votre enfant semble vraiment en danger, retirez-le de l’école.

 

Lisez, contactez des associations. Plus vous en saurez, mieux vous serez armés.
Partager cet article
Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:28

Votre tâche est délicate. Un élève peut très bien en accuser un autre alors que c’est lui l’agresseur. Il faut aussi savoir qu'un agresseur risque fort de reprendre les agressions, en pire, quelques jours après avoir été puni, parce qu'il prend cela pour une injustice. Voici quelques conseils :

  1.  
    • Evitez autant que possible d'avoir des "chouchous". Si un élève est ou a été harcelé, n'essayez pas de compenser en lui accordant un traitement de faveur, en chantant ses louanges devant les autres ou en leur conseillant de prendre exemple sur lui, cela leur donnerait envie de se "venger" en le harcelant encore plus.
    • Evitez aussi de "dénoncer". Si vous dites, mettons, "Marine m'a fait comprendre que des brimades ont lieu dans la classe", il y a 100% de chances pour que le meneur s'en prenne à Marine dès que vous aurez le dos tourné.
    • Evoquez le problème, si possible en début d'année. Contactez des associations et demandez leur des conseils sur la marche à suivre,
    • Si vous abordez le sujet en classe, vous pouvez utiliser comme support des livres, comme par exemple Lili est harcelée ou La Cicatrice (de l'auteur Bruce Lowery). Il existe aussi des DVD que vous pouvez visionner à vos élèves si vous en avez le temps.
    • Faites savoir à vos élèves que vous êtes à leur écoute et qu’ils doivent venir vous parler si jamais il y a un problème,
    • Si un élève dénonce, écoutez-le bien et posez des questions. Si d’autres élèves le regardent en riant sous cape, il y a de fortes chances pour que ce soit un coup monté. Félicitez ceux qui osent prendre la défense de leurs camarades.
    • Si on vous fait savoir qu’un autre professeur harcèle un élève, prenez cela au sérieux. Cela arrive parfois et là aussi, cela peut avoir des conséquences graves.
    • Si un-e élève tabassé se défend en rendant les coups, ne le/la blâmez pas. Refuser la violence, c'est très bien mais il existe quelque chose qui s'appelle la légitime défense. Si on vous agressait, vous aussi auriez le réflexe de rendre les coups.
    • Lisez et renseignez-vous sur le sujet. Je vous recommande ce guide en particulier. Si l’école dispose d’une bibliothèque, demandez à ce que les élèves puissent y avoir à disposition des documents sur la violence et le harcèlement. Plus ils en sauront, mieux ils seront armés.
    • Cette page pourrait aussi vous intéresser.
    • S'il s'agit de harcèlement par internet, cette page peut aussi vous intéresser.
Partager cet article
Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:27

De grâce, faites quelque chose. Vous avez peut-être peur des représailles ou de passer pour un « fayot ». Mais il n’est pas si difficile que cela d’intervenir et de prendre la défense d’autrui et cela peut peut-être sauver la vie d’un camarade.

 

Quand vous voyez quelqu’un se faire agresser, que ce soit physiquement, verbalement ou d’une autre façon, dites à l’agresseur d’arrêter. Si vous avez peur de faire cela seul, demandez à vos copains de vous aider. S’ils refusent, insistez ou prévenez un adulte responsable, éventuellement en lui remettant cette lettre. Si l’adulte en question fait la sourde oreille, demandez de l’aide à un autre adulte.

 

Si vous voulez réconforter la cible, n'hésitez pas! Ce genre de geste aide énormément.

 

Votre rôle est primordial. Sérieusement, vous pouvez très bien sauver une vie.

 

Vous avez un ami qui harcèle d’autres enfants et vous n’aimez pas ça ? Faites-lui savoir que vous désapprouvez son comportement. Conseillez-lui ce site ou d’autres documents. Vous pouvez le sauver, lui aussi.

 

Vous êtes tentés de harceler quelqu’un ? Résistez à la tentation. C’est ça qui fera de vous quelqu’un de bien.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:08

Il y a des phrases qu’un enfant harcelé ne devrait jamais entendre, même avec de bonnes intentions, parce qu’elles font encore plus mal…

 

 

Si on te fait ça, c’est parce qu’il y a un problème chez toi.

Au contraire. Seuls les gens faibles et perturbés ressentent le besoin de harceler et de violenter d’autres personnes. Les gens normaux et sains d’esprit n’y pensent même pas : ils connaissent des façons bien plus agréables de communiquer. Dire à un enfant harcelé qu'il mérite d'être agressé équivaut à dire à une femme violée qu'elle mérite d'être violée ou à un enfant victime de pédophilie qu'il y a quelque chose en lui qui attire les pédophiles.

 

Dans tous les groupes, il y a des dominants et des dominés, c'est dans l'ordre des choses.

Il ne faut pas confondre meneur et harceleur. Une personne qui harcèle a un sérieux problème psychologique: les gens sains d'esprit ne pensent même pas à harceler. Le fait qu'il existe des souffre-douleurs n'apporte rien de bon à la société. Au contraire, cela empêche certaines personnes de mettre à profit tout leur potentiel et d'en faire profiter les autres.

 

 

Tu es trop sensible

Votre fils/fille est très sensible ? Tant mieux ! C’est une qualité : tous les grands artistes, écrivains et humanistes sont dotés d’une grande sensibilité. Plutôt que de lui reprocher d’avoir un cœur, incitez-le/la à exprimer ses sentiments plutôt que de les garder jusqu’à ce qu’ils lui fassent mal. Conseillez-lui de s’exprimer via l’art ou l’écriture. Avoir un enfant sensible est une grande chance.

 

A moi, ça ne m'arriverait jamais

Oh, que si, ça peut très bien vous arriver. Il peut arriver à n'importe qui de se faire agresser à un moment ou à un autre et ce n'est jamais de la faute de la cible, c'est celle de l'agresseur, point barre. En vous vantant d'être "inattaquable", vous n'aidez pas la personne harcelée, au contraire: vous faites simplement preuve de bêtise.

 

 

Il t'a seulement insulté? Ce n'est si grave, il aurait pu te frapper.

Toute brimade, quelle qu'elle soit, est une atteinte aux droits de l'homme et devrait être traitée comme telle. Dire à un enfant qu'il faudrait être heureux de recevoir des insultes plutôt que des coups équivaut à dire à un adulte qu'il devrait se réjouir parce que sa voiture vandalisée aurait pu être volée.

 

Un enfant ne peut pas t'avoir attaqué, les enfants sont gentils et innocents.

Depuis quand ? Pourquoi se voiler la face et s'imaginer que les moins de douze ans sont incapables de faire du mal à qui que ce soit ? Si vous en doutez, lisez ces deux témoignages et demandez-vous si les gamins agresseurs dont ils parlent sont si angéliques que ça.

 

Je ne ferai rien, tu n’as qu’à te défendre

Si vous connaissez une méthode infaillible pour se défendre, j’aimerais la connaître tout de suite. La plupart des adultes ne savent pas comment réagir face à quelqu’un qui les agresse, surtout quand l'agression est quotidienne et répétée. C’est pour cela qu’ils n’apprennent pas à se défendre à leurs enfants. Quelqu'un qui dit "je ne ferai rien, il faut qu'il/elle apprenne à se défendre" est aussi coupable que quelqu'un qui regarde une personne se noyer en disant "je ne ferai rien, il faut qu'elle apprenne à nager".

 

Tu ressasses trop ce qui t'es arrivé.

Une personne qui "ressasse" a été traumatisée. Ce qu'elle ressent est forcément très pénible et si elle veut vous en parler, c'est parce qu'elle a besoin d'être écoutée et comprise pour pouvoir surmonter ce traumatisme. Ecoutez la, essayez de comprendre ses souffrances et ne la jugez pas : c'est le meilleur moyen pour qu'elle arrête de "ressasser". Conseillez-lui aussi d'aller voir un spécialiste, psychiatre ou psychologue. Il n'y a aucun mal à se faire aider.

 

Si on te frappe, contente toi de frapper plus fort.

Cette méthode ne marche pas, et ce, pour plusieurs raisons :
- les agresseurs de cour d'école choisissent systématiquement quelqu'un qui est moins fort qu'eux physiquement, ou se mettent à plusieurs pour attaquer la même personne ;
- quand une cible frappe son agresseur en retour, l'agresseur effectue souvent une manoeuvre particulièrement perverse qui consiste à pleurer abondamment pour qu'un adulte responsable arrive, le prenne pour une victime et punisse la vraie cible, tandis que la cible est trop honnête et trop intègre pour avoir recours à ce genre de bassesses ;
- les bullies s'en prennent généralement à l'enfant le plus pacifique de l'école, celui qui préfère le dialogue à la violence et qui aimerait faire du monde un meilleur endroit quand il sera plus grand. Comme par hasard, les adultes admirent souvent les enfants non-violents, mais se mettent à les prendre pour des faibles dès qu'ils se font agresser.

 

Je ne dis pas qu'il faut rester passif. Il est normal de réagir, y compris de cette façon (on ne va pas se récolter dix bleus quand on en a déjà trois!) mais se contenter de rendre les coups ne suffit pas: il faut demander de l'aide.

 

Apprends un sport de combat, c’est la solution à tous tes problèmes

Cliquez un peu sur les liens suivants
http://www.jaredstory.com/austin.html
http://www.jessicahaffer.com/
Si vous ne parlez pas anglais, laissez moi vous résumez ces pages. Elles parlent d’Austin et de Jessica. Austin était généreux, agréable et intelligent. Il était toujours prêt à aider ceux qui l’entouraient et son rêve était de devenir vétérinaire. Dotée d’un merveilleux sens de l’humour et d’une grande générosité, Jessica aimait l’équitation, l’athlétisme, le chant, écrire des histoires. Ces deux ados au grand cœur de quinze et quatorze ans ont été poussés au suicide par la cruauté d’autres enfants et ce, malgré le fait qu’ils étaient tous deux ceinture noire de taekwondo. Si les sports de combat représentaient la solution à tout, ça se saurait.

 

Ignore-les.

Le harcèlement a justement pour but de faire réagir. Quand un agresseur ne constate aucune réaction, il agresse encore plus fort. Et franchement, qui pourrait rester indifférent quand on l’agresse ?

 

Dis-leur gentiment que tu n’aimes pas ça

Si ce genre de solution marchait, vous pensez bien que la violence scolaire aurait disparu depuis belle lurette. Dire gentiment à un agresseur de cour d’école de se calmer équivaut à dire gentiment à un violeur, un agresseur ou un pédophile de renoncer à ce qu’il veut faire. Cela n’a aucun effet sur eux.

 

Ça te rendra plus fort.

Si un parent incestueux disait : « je pratique l’inceste pour le bien de mes enfants, cela les rendra plus forts », vous seriez totalement horrifiés, n’est-ce pas ? Eh bien, c’est exactement la même chose dans le cas du harcèlement scolaire. Le risque de faire une tentative de suicide est nettement plus élevé pour les enfants qui sont harcelés. Tout les ans, des élèves qui peuvent être très brillants sont obligés d’interrompre leurs études parce qu’on les agresse et les séquelles psychologiques peuvent être graves et durables : manque de confiance en soi, phobies, troubles obsessionnels compulsifs, incapacité à se trouver un travail, à avoir une relation amoureuse… On peut se reconstruire mais je ne souhaite à personne d’être harcelé.

 

Ça s’arrêterait si tu te collais avec une bande de copains

Certains élèves sont harcelés régulièrement en dépit du fait qu’ils ont des tas de copains. A seize ans, Desire’ Dreyer avait plus d’amis qu’on en aura dans une vie entière, ce qui ne l’a pas empêchée de plonger dans la dépression à cause d'élèves qui la harcelaient continuellement. Souvent, des enfants sont harcelés justement parce qu’ils sont agréables et populaires et que leurs agresseurs les envient à cause de cela.

On reproche aussi parfois à des enfants qui ne font de mal à personne d'avoir un "comportement de solitaire" et d'attirer les ennuis. En fait, ils sont tout simplement autonomes, indépendants et/ou trop mûrs pour être acceptés facilement par des camarades plus enfantins.

En outre, l’une des stratégies des bullies consiste à pourrir la réputation de leurs cibles afin que plus personne n’ait envie d’aller vers eux. On ne fait pas cesser cela en se collant dans une bande.

 

On se moque de tes chaussures ? Changes-en, ça résoudra tout.

D’après mon expérience, quand un enfant décide d’en harceler un autre, il invente un prétexte quelconque et franchement ridicule, alors que la vraie raison peut être complètement différente (envie, jalousie…). Par exemple, un harceleur peut répéter cent fois par jour à la plus jolie fille de l’école qu’elle est laide à faire peur, comme dans le cas de Kristina Calco. On ne rend pas un bully plus gentil en changeant de coupe de cheveux ou en perdant dix kilos : il invente un autre prétexte et continue de harceler.

 

C'est impossible, tu fréquentes un collège privé !

La violence scolaire touche tous les milieux et toutes les classes sociales. J'ai moi-même été harcelée continuellement dans un collège privé très "bourge". Ne dites pas non plus que les enfants agresseurs ont forcément des parents chômeurs ou ouvriers : un de mes agresseurs les plus atteints était fils d'avocat.

 

Moi, je n’embêtais pas mes parents avec ça quand j’avais ton âge.

Toutes les époques et tous les enfants sont différents. Il ne s’agit pas d’embêter les adultes mais de recevoir la protection que toute personne mérite, quelle qu’elle soit.

 

Tu n'as honte de te plaindre de ça ? Il y a des enfants qui meurent de faim ou sont les victimes de pédophiles : eux sont vraiment malheureux !

Et il faudrait se réjouir du malheur des enfants en malnutrition ou victimes d'abus sexuels ? Mais quelle mesquinerie !

Très franchement, ce n'est pas parce qu'une chose est grave que toutes les autres sont bénignes. Tout acte qui avilit un être humain, quel qu'il soit, avilit l'humanité toute entière, et tout acte généreux et désintéressé la fait grandir.

En outre, j'ai remarqué que le plus souvent, les gens qui avancent ce non-argument ne font absolument rien pour lutter contre la pédophilie ou la faim dans le monde. Il y en a qui feraient mieux de balayer devant leur porte...

 

Oh, mais tu dois exagérer !

Il est vrai qu’il existe une petite minorité d’enfants qui se posent en victimes quand on ne leur a rien fait. Mais quand un enfant a été agressé, il s’en sent très souvent coupable (à tort !), comme dans tous les cas de viols, agressions, violences conjugales, et quand il ose en parler, ce qu’il rapporte est bien souvent en dessous de la réalité. Lui reprocher d’exagérer ce qui lui est arrivé ne peut que lui retourner le couteau dans la plaie.

 

Tous les enfants harcelés finissent par commettre des actes de harcèlement un jour, de toute façon.

C’est loin d’être le cas. D’après mon expérience, quand un enfant décide d’agresser un camarade, il choisit très souvent quelqu’un de beaucoup plus honnête et intègre que lui, par jalousie et/ou facilité. Beaucoup d’enfants refusent d’imiter leurs anciens bourreaux pour s’épargner la honte de devenir aussi mauvais qu’eux. Il serait à la fois stupide et cruel de dire à un enfant ou à un ado que sous prétexte qu’il a vécu l’enfer, il va perdre tout libre arbitre.

 

 

Il faut excuser les gens qui t’agressent parce que leurs parents ne sont pas gentils avec eux.

On ne rend pas service à quelqu’un qui a une enfance difficile en lui laissant faire tout ce qu’il veut. Il est absurde et cruel de laisser un enfant souffrir à cause des malheurs d’un autre. Du reste, les gens qui ont des parents pénibles ou une enfance malheureuse ne se mettent pas forcément à harceler : les bullies font tout simplement le choix de devenir ce qu’ils sont.

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 13:54

anti-b11

Cette section comprend des conseils pour faire face aux situations de harcèlement et de violence scolaire. D’autres sites, en particulier les sites anglophones, peuvent vous aider. Les liens vers ces sites sont à votre droite.

Merci au Groupe Arthur pour l'image.

 

Si vous êtes visé

 

Si vous êtes témoin

 

Si vous êtes parent

 

Si vous êtes professeur

 

Si vous êtes agresseur

 

 

Si c'est votre enfant qui harcèle

 

Les choses à ne pas dire

 

Comment se défendre

 

 

 

Partager cet article
Repost0