Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 13:51

A chaque fois que je vous parle d'un enfant qui est mort après avoir été harcelé, j'ai le coeur serré. Cependant, l'histoire de Rehtaeh Parsons est peut-être la pire dont j'ai jamais entendu parler.

 

rehtaeh-parsons.jpg

 

Il y a deux ans, Rehtaeh, alors âgée de quinze ans, se trouvait à une soirée qui a particulièrement mal tourné. En état d'ébriété, à moitié consciente, elle dût subir des actes sexuels de la part de quatre garçons. L'un de ses agresseurs présumés n'a eu aucun scrupule à prendre une photo de la scène et à la publier sur les réseaux sociaux.

 

Pendant des mois, l'adolescente a été la cible d'injures, de quolibets et d'intimidations. Certains camarades de son lycée l'ont traitée de "pute". Sur Internet, les insinuations et les insultes étaient presque quotidiennes. "On ne la laissait jamais tranquille" a expliqué la mère de Rehtaeh Parsons sur la chaîne canadienne CBC. "Ses amis étaient contre elle, des garçons inconnus lui envoyaient des textos et des messages sur Facebook pour lui demander de coucher avec eux puisqu'elle l'avait fait avec leurs copains. Cela ne s'arrêtait jamais".

 

Après un an d’enquête, l’affaire avait été non-classée : pas de charges légales contre les agresseurs de la jeune fille, faute de preuves. Sa mère s’était déclarée « dévastée » et les insultes n’avaient pas cessé. Rehtaeh, qui n'en pouvait plus, s'est pendue. Elle est décédée trois jours après, ce dimanche 7 avril 2013. Son père crie son chagrin.

 

"Je veux que la justice poursuive les garçons qui ont posté les photos", a déclaré la maman de Rehtaeh. "Je ne veux pas que quelqu’un d’autre les poursuive." Nous espérons tous qu'elle obtiendra gain de cause.

 

Repose en paix, Rehtaeh.

 

 

Retour au mémorial

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages le mémorial
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 10:56

matteo.jpgCe vendredi 8 février 2013, Mattéo a mis fin à ses jours. Il avait treize ans.

 

Les parents de l'adolescent, qui était en classe de 4e au collège Saint Exupéry à Bourg-Saint-Maurice, avaient déjà porté plainte en 2011 contre deux jeunes de l'établissement qui avaient agressé leur fils dans la cour de récréation, alors qu'il était en 6e.

 

Amateur de rap, Matteo,  retrouvé vendredi après-midi pendu dans sa chambre, avait posté une vidéo sur internet dans laquelle cet adolescent aux cheveux roux exprimait son mal-être. "Il y a aussi la discrimination, oui je le crie fort, j'en ai beaucoup souffert, mais il n'y a pas que moi. La vie est une lutte, il faut résister", peut-on entendre.

Le collégien, dont "on avait repéré les difficultés relationnelles avec ses camarades dès son arrivée au collège, avait fait l'objet d'un accompagnement par l'intermédiaire du conseiller principal d'éducation avec qui il avait noué une relation de confiance", a raconté le directeur de cabinet du rectorat, François Charlon.

La 5e et le début de 4e s'étaient "bien passés", selon le rectorat, jusqu'à ce qu'il y a une quinzaine de jours le jeune garçon reçoive un coup de poing. "Cet événement serait passé inaperçu dans d'autres circonstances", a dit le rectorat.

"Le père avait pris rendez-vous avec le directeur du collège et une sanction avait été infligée à l'auteur du coup", a poursuivi M. Charlon.

Une cellule de soutien psychologique a été mise en place au collège en début de semaine.

 

 

Repose en paix, Matteo

 

 

Retour au mémorial

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages le mémorial
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 19:13

pauline.jpg

 

Ce lundi 2 janvier 2012, Pauline s'est donné la mort avec le fusil de chasse de son père. Elle avait douze ans.

 

Jointe au téléphone par l'AFP, sa maman Béatrice a dit attendre de la justice "qu'on reconnaisse que c'est à cause de ça que ma fille s'est donné la mort et que ça ne se reproduise plus. Qu'une gamine soit tellement harcelée, tellement mise à bout qu'elle en vienne à mettre fin à ses jours". La mère de famille a déclaré avoir porté plainte contre le principal du collège Jean-Jaurès.

 

Le principal Pascal Decaix a affirmé que la jeune fille ne s'était jamais plainte de faits de cette nature auprès des adultes de l'établissement. Cependant, la version de Béatrice s'avère bien différente.

 

"Il y a des gamins qui l'ont traînée par terre, ils lui ont craché au visage, ils la bousculaient dans les escaliers, lui tiraient sa chaise à la cantine. Il y a eu énormément de choses", a affirmé la mère de la collégienne, indiquant avoir produit un certificat médical daté du 8 novembre mettant en évidence des traces dans le dos. La mère de famille a déclaré vouloir lancer un "appel pour que les enfants qui ont eu ce problème-là en parlent, n'aient pas peur d'en parler". Lors de sa seconde visite au collège, en novembre, l'encadrement aurait dit à la mère de la victime qu'un "briefing" avait eu lieu dans la classe et "que les enfants avaient dit qu'ils allaient arrêter de l'agresser", a-t-elle ajouté.

 

De nature plutôt réservée mais "douce, toujours souriante", Pauline avait confié à la cousine de son père et à son jeune frère qu'elle n'aimait pas l'école, qu'elle ne voulait plus y retourner. D'autres élèves de sa classe en témoignent.

 

Depuis ce drame, une page Facebook s'est créée pour rendre hommage à Pauline, ainsi qu'un blog. Une marche, rose blanche à la main, est prévue le mercredi 11 janvier dès 14 heures, au départ de l'église d'Éleu-dit-Leauwette.

 

 

Un grand merci à Christine pour l'information et les liens.

 

Repose en paix, Pauline...

 

 

Retour au mémorial

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages le mémorial
commenter cet article
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 13:23

marjorie2-copie-1.jpg

 

Marjorie Raymond était quelqu’un de sans histoires. Son entourage la décrivait comme une élève modèle et comme une enfant jolie et sociable. Malheureusement, elle devint la cible de brimades et d’actes d’intimidations de la part d’autres élèves quand sa famille déménagea, au Canada.

 

Son enfer dura trois ans. Quand les brimades cessaient à l’école, elles reprenaient sur internet. Alarmée, sa maman alerta la direction à plusieurs reprises, avec des résultats peu probants.

 

Marjorie avait quinze ans quand sa maman la trouva pendue dans leur garage, avec près d’elle la lettre qu’aucune mère ne devrait jamais lire :

 

 

Chère maman! Je suis énormément désolée de ce que j'ai fait et sache que c'est loin d'être ta faute.

 

Au contraire, je te ferai du mal sans le vouloir. Tu es la meilleure maman au monde. C'est juste que la vie, je n'en peux plus. Montre cette lettre aux gens qui vont te blâmer! AVIS À TOUS : Chantal Larose est une personne exceptionnelle et une mère formidable!

 

Je ne t'aurais échangée pour rien au monde!

 

Maman, je vais veiller sur toi. À chaque seconde qui va passer, je vais être près de toi pour te soutenir. En d'autres mots, je vais être ton ange gardien pour toujours. Je t'adoreeeeeeeeeeee.

 

Je ne veux pas que tu aies de la peine. Je crois que ma place est en haut.

 

Je ne méritais pas d'être entourée par des trésors comme toi. Je m'en veux tellement de t'avoir donné la vie dure...

 

Je dis fuck le proverbe qui dit "loin des yeux, loin du coeur!" Tu ne me verras plus, mais je serai là à chaque instant. Excuse-moi, maman, vous allez tous me manquer! Dis-toi que j'ai eu du mal à quitter ce monde, car je ne peux pas m'imaginer de ne pas vous côtoyer, toi, Greg et Destou. Mais, au moins, je pars pour un monde meilleur.

 

Ne fais surtout pas de connerie. Continue de nous aimer, nous, tes trois enfants, de prendre soin d'eux et surtout de toi.

 

Tu mérites tout l'or du monde. Au plaisir de te revoir en haut. Je vais t'attendre avec papi Yves à mes côtés et sache que lorsque tu te sentiras observée ou touchée, c'est moi qui te sers dans mes bras de toutes mes forces.

 

Je t'aime à l'infini. Aucun mot ne peut te décrire.

 

Greg, mon cher frère, occupe-toi de maman comme une prune. Ça va me manquer de m'obstiner. Je t'adore même si toi ça laisse à désirer.

 

Prends soin de toi! Et aide notre précieuse maman.

 

Destiny, mon petit chaton, tu ne comprendras pas ce qui s'est passé. Et je ne veux pas non plus. Continue de bien grandir, tu es mon petit amour! Je vais suivre ton parcours, parce que je ne veux pas que tu prennes les mêmes chemins que moi!

 

Maintenant je suis avec ton papa! Je t'aime.

 

Papa, je ne sais pas quoi te dire à part que tu es quelqu'un de bien et même si on ne se voyait pas souvent, tu comptais beaucoup à mes yeux.

 

Vous êtes tous dans mon coeur! Et je vais le répéter! Ce n'est pas la faute à ma superbe de maman!

 

C'est la faute de la vie et des gens jaloux, qui veulent seulement gâcher le bonheur des autres.

J'espère que vous allez me pardonner.

 

Je vous AIME et je vais veiller sur chacun de vous.

 

 

Vous avez tout lu ? Maintenant, je vous pose une question : pensez-vous que quelqu'un qui écrit des lettres aussi gentilles peut mériter d'être harcelé jusqu'à la mort ?

 

C’était le 28 novembre dernier. Depuis, plusieurs pages Facebook se sont créées pour rendre hommage à Marjorie.

 

Toutes nos pensées vont vers elle, vers ses parents, son frère de treize ans et sa sœur de cinq ans.

 

 

Retour au mémorial

 

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages le mémorial
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 12:30

jamey.jpg

 

 

A quatorze ans, Jamey Rodemeyer vivait un enfer tous les jours. Il s’était découvert bisexuel depuis peu et les ados de son âge ne cessaient de le harceler. On le frappait, on le traitait de « pédé », on lui reprochait d’être honnête, sensible, de traîner avec une bande de filles…

 

Les parents de Jamey essayaient bien de l’aider comme ils le pouvaient. Jamey se confiait à un psychothérapeute et essayait de régler ses problèmes via internet, en essayant de parler de ce qui lui arrivait et en dialoguant gentiment. Malheureusement, sa page perso fut elle aussi assaillie d’insultes et de commentaires blessants. Entre autres, on lui disait que « les pédés vont en enfer » et on lui conseillait de se tuer…

 

Jamey eut le courage d’enregistrer et de mettre en ligne une vidéo dans laquelle il déclarait qu’il se sentait beaucoup mieux. En autre, il faisait référence à la chanteuse Lady Gaga, précisant que ses chansons, « Born this way » en particulier, lui redonnaient courage et espoir.

 

Malheureusement, ce garçon courageux a mis fin à ses jours le 18 septembre 2011. Militante de la cause homosexuelle, Lady Gaga s’est déclarée bouleversée par cette fin tragique et a déclaré son intention d’aller parler à Barack Obama pour demander une loi contre les actes de harcèlement. Nous espérons tous qu’elle obtienne gain de cause.

 

Repose en paix, Jamey…

 

 

Retour au mémorial

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages le mémorial
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 14:01

phoebe.jpg

 

 

Elle s'appelait Phoebe.

Ses parents venaient de quitter leur Irlande natale pour s'installer aux Etats-Unis avec leurs cinq enfants. Phoebe, inscrite au lycée, s’était fait des tas de copains. On la disait mignonne, futée, gentille comme tout.

Mais les problèmes commencèrent le jour où le capitaine de l'équipe de football du lycée, Sean Mulveyhill, invita Phoebe à sortir avec lui, vers la fin de l'année 2009. Il avait déjà une petite copine, Kayla Narey, mais il s’était abstenu de le lui dire. Phoebe rompit vite avec lui. Cependant, il était trop tard.

Vous avez déjà vu une de ces séries américaines où les pom-pom-girls sans cervelle s'acharnent sur la fille intelligente de service ? (mes excuses aux pom-pom-girls du monde réel) C'est ce qui se passa pour la pauvre Phoebe. Sa vie au lycée – et sur Internet car les pestes du lycée eurent vite fait de repérer sa page Facebook – devint un enfer.

Les surveillants et les autres élèves voyaient bien ce qui se passait, mais ils ne dénonçaient rien. Sean ne prit jamais sa défense, bien au contraire. Un jour, Phoebe s’entendit traiter plusieurs fois de « salope irlandaise ». En rentrant chez elle à pieds, elle fut agressée par une des garces qui lui balança une canette de boisson à la tête depuis sa voiture. Quand la petite sœur de Phoebe rentra chez elle à son tour, elle trouva sa sœur de quinze ans pendue dans son placard. Phoebe souffrait tellement que la mort lui semblait plus supportable.

Par la suite, la mère de Phoebe décida de faire un procès à ceux qui ont pourri la vie de leur fille. Six mineurs en tout. Le procès a eu lieu récemment, avec des résultats qui me laissent sans voix.

C’est tellement triste qu’il faille que quelqu’un meure pour que les gens se rendent compte que le harcèlement est quelque chose d’inacceptable…

 

Des liens ici et ici.

 

 

Retour au mémorial

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages le mémorial
commenter cet article
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 08:58

noelaniedauphin0001.jpg

 

Un petit article en anglais (pour une fois). La version longue (en français) se trouve ici.

 

I’m sorry if I’m making spelling or grammar mistakes: English is not my mother language.

 

The story of Noélanie Sené is a very sad one. Little Noélanie has become a symbol of the fight against bullying and school violence in France. However, little is known about her abroad. Here’s her story, adapted from her mom’s website.

 

Everything begins in January 2000, when Pascal and Christine Sené adopt a little 13-month-old Polynesian girl, Noélanie. They raise her, along with their other children, in Cabestany, a town in the south of France. Noélanie is described by her mom as “a wonderful, generous child who couldn’t stand misery or injustice, was highly intelligent and used to dream of making the world a better place”.

 

The problems begin in 2006, when Noélanie complains of being bullied in primary school. A very trustworthy child psychiatrist is called, says Noélanie is perfectly sane and has excellent relationships with her parents, and calls the court justice and the inspector of schools to denunciate the school director’s passiveness. Nothing much is done and the little girl has to attend another school.

 

Noélanie gets bullied again by five cruel kids in that school. One of them, S., is considered particularly vicious and dangerous by practically everyone (except the adults in charge). The mother of another kid denunciates but the director refuses to do much and even punishes Noélanie for having remained silent. The poor child is so shocked that she won’t speak up again.

 

The bashing carries on. Noélanie actually writes to her teacher to complain, and the teacher doesn’t react. She is also accused of being crazy by adults, just because she sees a child psychiatrist.

 

Her parents try to help her as much as they can. They contact associations. Unfortunately, school bullying is still quite an unknown concept in France, pays des droits de l’homme (this is irony), and nobody knows much about it. Noélanie also has to go to kung fu lessons.

 

In October 2007, Noélanie actually writes to the police and gives a copy of the letter to the employee who watches the playground during the breaks. Here’s a translation of the letter:

 

‘I trust you to keep this very important secret.

 

There has been a serious problem at school about S. strangled me several times in the rank of the second playground. I know that if I don’t stand up for myself I’ll die in the end forever. I hope this is not for now. S. already strangled me several times and once in front of A. and I can’t find a solution to help myself and to stop suffering. Anyway it doesn’t change as he’s going to kill me. I make even more than a big lot of nightmares and I manage to fall asleep when I just close my eyes but I don’t sleep because of all of these (because he strangled me and I fainted) and he kicked me to wake me up and this is for real. Also I can’t eat in the school restaurant. I’m afraid of him. Could you protect me in the playground? YES or NO. Do you have a solution? YES or NO. Circle the answer. He also told me that if I left my home he would kill me and if this carries on, he may come to my home, he knows where I live. I wanted to tell the teacher, she really doesn’t care, she says “go and play, we’ll see later.” When is later? It's never. He also tells me “filthy black girl and fxxx you” (etc…)

 

I hope it will get better. I hope you’re going to protect me. Don’t tell anybody otherwise it’s not a secret anymore and it will be worse for me.

 

Noélanie Sené

 

(drawing of a crying heart) please’

 

 

The school doesn’t react and neither does the police.

 

The letters are only heard of on the 7th of November. The parents sue the director as he failed to render assistance to a person in danger, all the more so since they have medical proof that their child has been attacked as well as a written confession from S.. However, the police are reluctant to act as they think Noélanie must be mentally disturbed.

 

On the 16th of November, Noélanie slowly comes back from school with a painful head and neck. The headaches get worse and worse. Her parents are worried and the day after, she gets an epilepsy attack. Pascal and Christine call the emergency medical service immediately. Unfortunately, it gets worse and worse and the little girl dies from a cerebral oedema in the hospital shortly afterwards. She was only eight.

 

 

I’m not related to Noélanie myself and I’ve never met her. But do you think it’s normal when a child kills another child and walks away unharmed? Where’s the justice when bullies are protected while their targets aren’t? In what kind of world are we living?

 

At least Noélanie will never be forgotten. After her death, her parents found little notes in her bedroom saying how much she loved them and how grateful she was to them having adopted her. On her grave in Cabestany, you can read this quote by Berthold Brecht: “the one who doesn’t know is ignorant, but the one who knows and doesn’t do anything is criminal.” I wish such tragedies would never happen again.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Divers le mémorial
commenter cet article

Présentation

  • : Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • : Ce blog est consacré à la lutte contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Tous ensemble, nous pouvons faire une différence.
  • Contact

Recherche