Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 17:45

Bonjour,



J’ai été souffre-douleur de la sixième jusqu’au lycée. C'est-à-dire que rares furent les jours sans craindre, sans avoir peur, sans avoir mal au ventre. Une véritable guerre !

A mon avis, tout commence avec les règles de bonne conduite que l’on nous impose de respecter dès le plus jeune âge : « Ne réponds pas aux profs car ils te grondent pour ton bien», « ne fait pas de mal à tes copains » bref, on nous apprend et nous impose le respect. Le souffre-douleur est le plus souvent honnête avec ces mignons principes que lui imposent ses parents et les autres adultes.
C’est bien là le problème ! Les grands connaissent-ils ce que subissent leurs petits à l’école de leurs camarades de classe, voir de leurs profs ? La réponse est non ! J’en sais quelque chose et donc je signe et je persiste : Non, peu de grands savent ce que subissent les petits.

Quand, je suis arrivé en classe de CE2, ma maitresse me martyrisais quotidiennement quand je faisais quelque chose quelque soit cette chose. Lorsque je faisais un devoir, que je lui rendais la copie et que je ne comprenais pas ce qu’elle tentait de m’expliquer, j’avais le droit à des baffes et elles étaient fortes. Ou bien, elle me traitait de cinglé, moi un môme de huit ans. Comme si l’on est obligé d’être clair d’esprit à cet âge ! Il y avait donc violence physique et verbale agressive sur mineur. Cela suffisait largement pour la suspendre de ses fonctions et je n’en ai pas parlé pendant des années. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’on me disait que je méritais ces punitions, qu’elle faisait cela pour mon bien ou que je raconte des conneries et, on me rappelait sans cesse d’obéir scrupuleusement aux règles du respect. On est bel est bien comme à l’armée. Lorsque l’on est un enfant on ne peut que croire ces âneries et on subit en pensant qu’on l’a cherché.

Mes années suivantes en primaires ne se sont pas mal passées mais le souvenir de ce que j’ai subit en CE2 est resté bien présent dans mon esprit jusqu’à aujourd’hui.

De mon entrée au collège jusqu’en classe de troisième, un problème supplémentaire s’est ajouté aux profs : c’était mes collègues de classe.

C’est en effet là que j’ai appris à connaitre les durs à cuire, les caïds, ceux qui dominaient. En général, ce sont eux qui mènent les brimades (garçon d’abord mais les filles s’y joignent). Et peu importe pour les profs que cela se déroule sous leurs yeux car ils se contentent de donner leurs cours et rien d’autre. On se croirait à la Mafia avec les parrains qui dominent parce qu’ils ont plus d’hommes, les autres qui laissent faire car ils sont plus faibles et donc plus influencés et, les autorités corrompues : Là au lieu des flics et des juges, c’étaient les profs. Bref, une véritable Mafia ! Et cela n’a rien à voir avec le romantisme de certains films !

Quelle perte de temps pour le personnel éducatif ! En effet à quoi bon tenter d’enseigner si l’on ne repère pas ce que subissent certains élèves ? Tout ce qu’on tente d’apprendre aux victimes ne leur sert à rien ! Dans la plupart des cas, l’élève souffre-douleur ne réussit pas à obtenir de bons résultats car il manque de confiance en lui-même et il sera donc d’autant plus victime de brimades compte tenu de ses résultats car pour les autres, ses mauvais résultats ne viennent que de lui-même. Il passera pour le con de la classe et subira insultes, moqueries, y compris de certains professeurs, comme si l’on n’avait pas assez à subir des bourreaux ! Tout cela ne fera qu’aggraver son cas (ce que j’ai subit) : Pas d’amélioration des résultats, décrochage scolaire et absentéisme car enfin, entre subir des humiliations à l’école ou rester au chaud à la maison, le choix est vite fait ! Moi, j’ai choisit la maison.

Quel est le quotidien de nombreux souffre-douleurs ?

Lorsque l’on se lève, on a déjà mal au ventre car avant d’être allé se coucher, on n’a pas cessé d’avoir peur de ce qui allait nous arriver le lendemain. Et l’on est traité de peureux ou de fainéant.

Lorsque l’on arrive à proximité de l’établissement, on y entre le plus tard possible pour retarder les premières railleries.

En classe, il y a toujours quelqu’un qui se trouve devant ou derrière ou sur les cotés ou de partout pour vous embêter discrètement sans que le prof intervienne et les autres, voyant ce qui se passe en rigolent. Pire, ils participent à la raillerie.

Pourquoi ne pas demander de l’aide au prof ? Il y a plusieurs réponses :

-On a peur des représailles. On peut toujours recevoir plus d’humiliations durant l’intercours. Moi, ca m’est souvent arrivé et, lorsque le prof du cours suivant arrivait, je me faisais engueuler parce que je bougeais pour me défendre alors que j’étais la victime. Le prof étant plus du coté des bourreaux, l’humiliation était pire et les rires moqueurs étaient plus nombreux et plus intenses.
A ce moment là on est vraiment seul face aux autres puisque même le prof fait partie des bourreaux.

-On a peur d’être insulté de « balance ». En effet, la loi du silence s’impose.

-On sait que si le prof intervient, il ne se contentera que d’un sage rappel au calme, de faire moins de bruit. Est ce vraiment suffisant ?

-On peut être traité de peureux, et être peureux est aux yeux des autres un défaut, un aveu de faiblesse, là ou la loi du plus fort l’emporte.

-On a peur de perdre les rares copains que l’on a. Ils peuvent en effet être influencés par les bourreaux et avoir honte d’être du coté de la victime.

-On ne veut tout simplement pas subir davantage d’humiliations. On en a déjà assez comme ça.

Mais le plus souvent tous ces facteurs se combinent et c’est largement plus efficace que de mettre un sparadrap sur la bouche.



A midi, on évite de manger au self. Mieux vaut être externe ou se planquer à midi pour souffler un peu avant de retourner dans cet enfer car si l’on mange au self, on a le droit aux entartrages, aux insultes : « tiens regardes l’autre con en train de manger. », « Qu’est ce que tu fous à coté de moi, vas y casses toi, tu ne manges pas à coté de moi ! ». Les autres font de même et rigolent haut et fort. L’effet de contagion est là !

Lorsqu’il y a récré il vaut mieux se planquer à un endroit isolé ou l’on ne sera pas repéré, car si l’on s’expose pendant la récré, on sait ce que l’on risque (moqueries, humiliation devant tout le monde…).On le sait car on a est habitué a cela.

La fin de la journée est le meilleur moment car le calvaire prend officiellement fin. Il s’agit de sortir de l’établissement en vitesse si l’on ne veut pas être bousculé ou moqué dans la rue.

Il y a également autre chose de pénible : C’est de voir les autres et surtout les bourreaux réussir à être heureux, à se faire respecter alors qu’ils ne respectent pas les plus fragiles, réussir à draguer alors que les victimes sont tellement fragilisées et tellement dévalorisées qu’elles ne peuvent pas. C’est ainsi une partie importante de la jeunesse sinon essentielle qui est gâchée et ca, les victimes ne l’oublient pas.



Pourquoi ne pas en parler aux parents ?

Lorsque l’on est humilié on a honte de soi même et on se sent dévalorisé. On pense que si l’on en parle aux parents, cela les attristera car ils sont attachés à nous. Pire, on se sentira honteux d’être humilié.



Cela n’est bien sur pas sans conséquences sur la vie adulte car lorsque l’on a été humilié, dévalorisé on n’a plus confiance aux gens, on ne sait pas comment leur parler, on a toujours peur d’être rejeté, et ca arrive assez souvent. L’ancien bouc émissaire risque de le rester encore longtemps et de rester solitaire.



Tout cela marque à vie et l’on aurait tort de ne prendre en compte que les jeunes qui sont souffre-douleurs sur le moment. Il faut également s’occuper de ceux qui ont été souffre-douleur pour faire
en sorte à ce que ce genre de drame ne soit plus qu’une parenthèse dans leur vie.

QUEL IMMENSE GACHIS!



Ces années décrites vont de 1996 à 1999.
Cela a bien sûr des conséquences sur la vie adulte de bien des souffre-douleurs car quand on grandit, notre construction et notre façon d’agir se font sur les rapports que l’on a avec autrui.
Evidemment, il y a les souvenirs qui marquent et l’on se dit que notre vie de jeunesse aurait pu être meilleure et que l’on a perdu des années durant lesquelles on aurait du être heureux. Mais plus encore, hormis ces regrets, on a toujours peur que lorsque l’on commence une relation avec une personne (professionnelle ou amicale ou autre chose), ça recommence. Et bien souvent, ca recommence parce que l’on appréhende nos rapports avec autrui et, pour ne pas prendre ce risque, au lieu de se défendre on reste replié et non offensif. Les autres deviennent ainsi dominants et sans gène.
Bref, ça continue, rien ne change par rapport à la période école. Et puis, sachez qu’il n’y a pas d’âge pour être souffre-douleur.

Actuellement, ce n’est plus le cas pour moi car je suis devenu plus offensif lorsque l’on m’attaque (qu'on vienne me chercher maintenant !) et puis, je maitrise bien le domaine dans lequel je travaille, ce qui fait que je suis �

Partager cet article

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires

David 08/03/2016 21:27

Oui ! Et on vient parler de justice et de respect ensuite !

David 04/03/2016 21:57

Je viens de tomber sur cet article que j'ai écrit y a quelques années et j'avais oublié de rajouter une chose. Vous savez quelle est la seconde injustice avec le fait que l'on est maltraité ? C'est de voir les bourreaux aimés pour ne pas dire adorés par leurs profs et les filles , ou les garçons si la personne harcelée est une fille ou bien... vous voyez quoi ! Ca a l'air con comme ca , mais je vous assure, ca fait mal ca aussi. Ce sont eux les connards et ce sont eux qui sont choyés. j'en ai pas parlé la dernière fois puisque j'y ai meme pas pensé mais il faut que ca se sache

Iron Calimero 05/03/2016 08:26

C'est vrai. ça fait mal.
Après, 60 des harceleurs ont un casier judiciaire à l'âge de 24 ans. La roue tourne. Si ça se trouve, les personnes dont vous parlez ont déjà passé la nuit en prison. Vous êtes visiblement quelqu'un d'intelligent et vous avez tout pour avoir une meilleure vie qu'elles/eux.
Bon weekend. :)

gene 23/04/2011 15:35


Bonjour, je suis le fils de Genevieve, j'ai crée un blog pour parler du harcèlement scolaire et j'ai inséré un lien pour aller sur votre blog.
Voici le lien de mon blog :
http://antibullying.canalblog.com/


Iron Calimero 23/04/2011 18:56



Bravo, Wilfried! Très belle initiative. Plus on parlera de ce problème, mieux cela vaudra.


 


J'ai rajouté l'adresse de ton blog à ma liste de liens. Vive la solidarité!



gene 09/04/2011 20:57


tout est dit . Wilfried passe le moins de temps possible au collège et préfère rester dedans plutôt que d'aller jouer dans le village . Il va mieux depuis qu'il est revenu ici mais reste méfiant .
bonne soirée


Présentation

  • : Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • : Ce blog est consacré à la lutte contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Tous ensemble, nous pouvons faire une différence.
  • Contact

Recherche