Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 13:12

Bonjour,

Je suis un homme de 40 ans. Durant mon adolescence, j'ai été victime de harcèlement durant à peu près 3 ans au collège.

Le problème est que je suis de grande taille (je mesure 2m13). Le harcèlement a eu lieu principalement au collège, où j'étais régulièrement pris à partie par une bande d'élèves du collège.

Le schéma est classique, j'étais tout seul et personne ne m'aidait. J’étais tout seul, ils étaient dix, je prenais régulièrement des baffes et je me faisais bousculer sans répondre. Cela a eu des conséquences car j'ai été une personne très renfermée durant très longtemps.

J'ai quand même mené ma vie tant bien que mal et j'ai maintenant une maison. C'est là que le destin est intervenu car j'ai acheté cette maison et aussitôt j'ai ressenti une certaine hostilité de la part d'un voisin (insulte à travers la haie, regard en coin...). Je l'ai reconnu assez rapidement car il s'agissait du chef de la bande qui m'avait harcelé au lycée. 30 ans plus tard il reproduit le même schéma, sauf qu'il me fait pitié, car quand ses enfants balancent leurs ballons chez moi, il leur interdit de venir le réclamer, quand je lui dit bonjour il baisse la tête sans rien répondre. En fait je m'aperçois qu'il n'a pas changé et que c'est un malade mental car il se croit toujours au collège.

 

Comme quoi méfiez-vous messieurs les harceleurs, le destin peut réserver des surprises.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages
commenter cet article
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 18:05

SOS Éducation, en collaboration avec plusieurs associations spécialisées dans la lutte contre le harcèlement à l’école, lance prochainement un site internet pour sensibiliser sur ce sujet.

Le but est de créer une synergie pour lutter efficacement contre le harcèlement entre élèves en invitant les internautes à :
- prendre conscience de la réalité du harcèlement
- signer la charte Zéro harcèlement entre élèves
- partager les solutions sur le site internet et autour de soi
- se mettre en relation avec d’autres citoyens engagés.

C’est dans le cadre de ce projet que nous cherchons des témoignages de familles touchées par le harcèlement scolaire.

Nous recherchons également des anciennes victimes qui ont su trouver des solutions pour sortir d’une situation de harcèlement et qui souhaiteraient faire part de leur expérience.

Nous cherchons également des experts sur le sujet du harcèlement (médecins, associations…) qui peuvent nous accorder un peu de leur temps pour répondre à nos questions.

Toutes les précautions seront prises pour garantir un anonymat total si les personnes le souhaitent. Il suffit simplement de nous le préciser.

N'hésitez pas à nous contacter et surtout à transmettre cet appel à témoins.
Merci d'avance de nous aider dans ce projet.

Contact : Audrey LONGIN
audrey.longin@soseducation.org

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Appels à témoins
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 18:06

Bonjour, je m'appelle Mathilde Beauvois. Je suis étudiante en Master de Sociologie à l'Université de Bordeaux.

Dans le cadre de cette année universitaire je réalise une recherche qualitative sur le cyber-harcèlement entre jeunes. Pour mener à bien cette étude, je suis à la recherche de jeunes témoins, victimes ou auteurs de ce phénomène afin de réaliser des entretiens individuels et confidentiels.

Si vous êtes intéressés ou que vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter, cela m'aiderait beaucoup. Mail : mathilde.beauvois@yahoo.fr Tél : 06 61 14 35 58

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Appels à témoins
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 15:16

Un reportage télé sur les dangers des réseaux sociaux est actuellement en cours dans le cadre de l'émission Tout peut changer, présentée par Laurent Bazin sur France 3. Dans le cadre de cette enquête, on recherche le témoignage d'un enfant ayant subi du cyberharcèlement et/ou de ses parents.

Evidemment, l'anonymat des témoins sera garanti sur simple demande.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter Christophe Tisseyre au c.tisseyre@noos.fr.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Appels à témoins
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 09:05

Salut!

 

Aujourd'hui, j'aimerais faire un petit coup de pub et vous parler de Noémya et Pierre, deux amis engagés dans la lutte contre le harcèlement scolaire. Ils ont tous deux connu les brimades à l'école et ils s'occupent maintenant d'associations. Ils font du très beau boulot!

 

Pour en savoir plus, allez donc faire un tour sur:

 

le site de l'ALCH

 

le blog de l'ALCH

 

le site de Génér'Action Solidaire et

 

le forum de Génér'Action Solidaire

 

 

Dites-le moi si j'oublie quelque chose. Bonne lecture!

Repost 0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 12:49

Vous venez de vous faire un-e nouvel-le ami-e ou partenaire amoureux. Tout va bien, vous passez des moments fantastiques ensemble.

 

Et voilà que soudain, votre ami-e vous annonce qu'il/elle a été traumatisé-e par des brimades à l'école. Comment réagir?

 

Vous pouvez très bien vous sentir gêné-e, avoir envie de fuir ou de détourner la conversation. C'est humain. Il est normal de ne pas savoir quoi dire dans ces moments-là et il ne faut pas culpabiliser. Seulement, il faut savoir aussi qu'énormément de survivants ont été fragilisés par ces brimades. Si vous réagissez mal, cela risque de les blesser encore plus.

 

 

Alors, comment réagir?

 

S'il y a eu un mauvais départ, vous pouvez leur expliquer votre propre ressenti. Vous pouvez dire, par exemple: 

"Excuse-moi d'être parti-e aussi vite. Quand tu m'as parlé de ce qui t'es arrivé au lycée, ça m'a mis-e tellement mal à l'aise que j'ai fait n'importe quoi."

 

Si la personne veut vous parler en détail de ce qui lui est arrivé, vous avez le choix entre dire "oui" et "non". 

Par exemple:

 

"Bien sûr, tu peux m'en parler".

 

Ou:

 

"Ecoute, je suis désolé-e. Je sais que ça a dû être pénible mais je ne sens pas capable de t'écouter. Je suis vraiment mauvais-e pour ce genre de choses." (éventuellement, ajouter: "peut-être que j'y arriverai un jour" ou "je te conseille d'en parler à Untel, il/elle est doué-e pour ça")

 

Votre amitié/amour ne résistera peut-être pas à la deuxième réponse mais au moins, vous aurez été honnête. Tout le monde n'est pas capable de gérer les traumatismes d'autrui.

 

 

Comment écouter?

 

Si votre ami-e vous décrit les brimades et son ressenti, efforcez-vous de l'écouter sans trop le/la juger. Evitez de le/la culpabiliser encore plus et si possible, essayez de le/la valoriser.

 

Ne dites surtout pas:

 

- C'était pas un peu bête de venir au collège en jupe?

- T'aurais dû faire ceci au lieu de faire cela.

- Mais pourquoi t'as pas demandé à changer d'école?

- Oh, tu sais, c'est pas grave. Moi, mon père me traitait d'idiot-e tous les soirs.

- J'ai vu un reportage sur les gosses qui sont dans des réseaux de pédophilie. Toi, t'as de la chance quand on te compare à eux.

- On t'a seulement insulté? C'est pas grave, ils auraient pu te frapper!

 

Dites plutôt:

 

- Mon/ma pauvre, ça a dû être pénible!

- Je te félicite d'avoir photographié les bleus pour avoir une preuve. C'était bien pensé!

- Non, c'était pas ta faute.

- Tu sais, à ta place, personne n'aurait sû comment réagir. Tu t'es senti-e perdu-e, c'est normal.

- Mais non, t'es pas nul-le. T'es mon pote et je t'apprécie!

 

A l'inverse, si votre ami-e n'a pas envie de vous parler de ce qui lui est arrivé, n'insistez pas. On n'a pas forcément envie de se confier, même à quelqu'un de proche.

 

Attention: vous devez garder à l'esprit que vous êtes un-e ami-e ou un-e amoureux/se, pas un-e thérapeute. Ne mélangez pas les deux. Si votre ami a besoin d'une thérapie, conseillez-lui simplement d'aller voir un-e spécialiste. Vous risquez de vous/lui faire très mal si vous vous prenez pour son psy.

 

 

Cas particulier: malaise sous les draps

 

Après avoir subi un harcèlement de type sexuel, certaines personnes peuvent avoir des problèmes à ce niveau.

 

Si vous aimez le sexe et que vous êtes en couple avec une personne que le harcèlement a justement dégoûtée du sexe, je n'ai pas de solution miracle. Essayez simplement de dialoguer, de prendre votre temps, de trouver quelque chose qui vous convienne à tou-te-s les deux et évitez autant que possible de culpabiliser votre partenaire. Relativisez: l'immense majorité des couples connait des problèmes ou des mésententes au lit à un moment ou à un autre, c'est humain. Oh, et je recommande toutes les vidéos de cette chaîne (beaucoup sont sous-titrées en français).

 

 

Les survivants toxiques

 

Beaucoup de survivants du harcèlement sont des gens charmants, j'en ai rencontrés. Malheureusement, certains d'entre eux peuvent mal tourner et devenir narcissiques, passifs-agressifs ou hystériques (par exemple). J'en ai aussi rencontrés et à une époque, j'ai moi-même fait des choses dont j'ai plutôt honte aujourd'hui.

 

Si vous avez un-e ami-e ou partenaire toxique (appelons-le/la Pétunia), vous ne vous en rendrez probablement pas compte tout de suite. Il/elle peut très bien commencer par avoir un comportement gentil et correct pour montrer son vrai visage bien plus tard. Voici quelques indices d'un comportement toxique:

 

- Il/elle vous dénigre,

- si vous protestez, il/elle dit que vous faites des histoires pour pas grand-chose,

- il/elle tient des propos méprisants envers tel ou tel groupe,

- il/elle essaie de vous isoler,

- il/elle se vante de valoir cent fois mieux que les autres...

- ou à l'inverse, se rabaisse continuellement dans le but de recevoir des compliments,

- il/elle vous reproche de ne pas le/la rendre heureux/se,

- si vous essayez de lui raconter vos problèmes, il/elle n'écoute pas et vous ignore ou répond qu'il/elle a connu pire et que vous avez tort de vous plaindre,

- il/elle essaie de contrôler votre vie,

- il/elle ne tient pas compte de vos demandes (par exemple, en vous appelant par un surnom que vous détestez ouvertement),

- il/elle ne supporte pas d'être critiqué-e et peut alors piquer d'énormes crises (mais critique énormément autrui),

- il/elle croit avoir de l'humour mais ne fait que se moquer des autres et ne sait pas rire de lui/elle. Si on fait une blague, même gentille à son sujet, il/elle le prend mal!

- il/elle considère toujours autrui comme responsable de ses propres problèmes,

- il/elle essaie de vous culpabiliser et de vous faire croire que si votre relation ne marche pas, c'est de votre faute,

- il/elle vous demande de lui pardonner sous prétexte qu'en tant qu'ancien-ne harcelé-e, il/elle a beaucoup souffert,

- il/elle glisse des remarques désobligeantes ou dévalorisantes dans ses propos (par exemple: "tu serais super belle si tu voulais bien te mettre au régime" ou "mon ex, lui, il m'écoutait")

- il/elle croit avoir toujours raison,

- il/elle vous menace de se suicider ou de faire une grosse bêtise si jamais vous le/la quittez,

- de temps en temps, il/elle vous demande pardon, vous promet de ne plus jamais être méchant et se met aux petits soins... mais retombe vite en mode toxique, comme si rien ne s'était passé,

- de manière générale, interagir avec cette personne vous épuise et vous stresse.

 

Une personne toxique n'a pas forcément toutes ces caractéristiques mais même une seule d'entre elles n'est pas acceptable.

 

 

Vous avez une Pétunia dans votre entourage? Eloignez-vous d'elle/lui, c'est la meilleure chose à faire!

 

(Mes excuses à toutes celles qui portent ce prénom. Je n'ai rien contre vous, c'est juste une référence littéraire.)

 

Ce conseil (prendre ses distances) peut paraître étrange sur un blog d'aide aux personnes harcelées. Oui, c'est très bien d'aider et d'aimer les autres. Seulement, on ne peut pas aider une personne toxique, sauf si elle l'a vraiment décidé. Même les psychologues et les psychiatres expérimentés ont souvent du mal à aider ce genre d'individu alors pourquoi vous imposeriez-vous ce calvaire? Vous avez déjà assez de problèmes sans vous empoisonner avec ceux de quelqu'un qui, de surcroit, ne sait pas vous aimer. Même si cette personne vous fait du chantage au suicide, ne cédez pas: vous êtes responsable de votre vie, pas de la sienne (et au passage, mon ex m'a fait ce genre de menace mais n'a jamais sauté le pas).

 

Il se peut que vous soyez obligés d'interagir avec un-e Pétunia (parce que c'est un-e collègue ou un membre de votre famille, par exemple). Voici quelques conseils pour ce genre de situations:

 

- Posez clairement vos limites et ne le/la laissez pas vous marcher sur les pieds,

- dites-lui que le fait d'avoir été harcelé-e ne lui donne pas le droit d'agresser les autres,

- osez vous affirmer. Dites, par exemple: "J'ai mon opinion, tu as la tienne", "j'ai la conscience tranquille" ou "non, je ne te prêterai pas ma voiture, point".

- ne culpabilisez pas. On ne peut pas aider une personne toxique en l'aimant.

- renseignez-vous sur les troubles de la personnalité. Il y a des livres et des sites internet qui peuvent vous aider.

- s'il/elle pique une crise, isolez-vous et laissez-le/la se calmer seul-e (ne nourrissez pas le troll),

- si cette personne va vraiment trop loin, vous pouvez porter plainte. Ne culpabilisez pas d'en arriver là: en faisant ça, vous le/la traitez en adulte, pas en bébé dont on accepte tous les caprices,

- même si c'est tentant, ne l'agressez pas. Si il/elle vous énerve, dites-lui clairement et TOUT DE SUITE ce qui ne va pas. Si vous vous sentez vraiment sur les nerfs, vous pouvez lui écrire.

- Chassez les pensées négatives de votre tête. Après avoir interagi avec cette personne, exercez des activités sympas pour vous détendre. Vous avez droit à la sérénité.

 

 

Finissons par le plus important

 

Surtout, rappelez-vous que tous les survivants du harcèlement ne deviennent pas des personnes toxiques, heureusement. Quelle que soit la situation, gardez à l'esprit que le harcèlement ne représente qu'une partie de l'histoire de votre ami-e. Essayez de le/la voir comme un être humain autonome et pas comme l'archétype de la victime. En un mot, soyez son ami-e.

 

 

ps: j'ai trouvé l'image ici. merci, morguefile.com!

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Divers
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 18:51

harcelement-et-cyberharcelement-a-l-ecole.jpeg

 

Auteurs : Jean-Pierre Bellon et Bertrand Gardette

Paru chez ESF Editeur

 

 

Cet ouvrage dresse un bilan du harcèlement électronique aujourd’hui, avec le profil des personnes concernées, des chiffres, l’exposé des difficultés, des exemples concrets et des propositions d’actions concrètes. Il est très complet. La lecture étant assez « technique », donc accessible seulement à partir d’un certain âge, je le recommande aux lecteurs de plus de quinze ans (élèves, profs, parents).

Repost 0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 09:15

Bonjour,

Dans le cadre d'une campagne pour la lutte contre le harcèlement, nous recherchons des témoignages d'enfants,  d'adolescents et de personnes concernées dans toute la France.

Si vous le souhaitez, nous pouvons garantir l'anonymat des témoins.

Pour plus de renseignements, contactez Laurianne au 0667134701 ou bandia.laurianne@gmail.com

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Appels à témoins
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 10:34

En ce moment, une idée me trotte dans la tête. Je pense que ce serait bien de réunir des témoignages de gens qui ont survécu au harcèlement scolaire et qui se sont reconstruits. C'est vrai, quand on parle de harcèlement, on a tendance à verser dans le pessimisme pour rappeler que c'est un problème qu'il faut VRAIMENT prendre au sérieux. C'est vrai qu'aucun harcèlement n'est anodin. C'est vrai que dans un monde sans brimades, Pauline, Noélanie, Rehtaeh et les autres seraient toujours de ce monde. Seulement, je crois que laisser entendre à un(e) survivant(e) qu'il/elle va forcément se suicider ou rester dépressif/ve toute sa vie, c'est risquer une prophétie auto-réalisatrice. Il est parfaitement normal de pleurer juste après un traumatisme mais à un moment donné, il faut essuyer ses larmes et aller de l'avant, et on y arrive mieux quand quelqu'un vous encourage.

Je pense que ce serait peut-être bien si quelqu'un créait un espace de témoignages sur Internet, par exemple sur tumblr ou sur twitter. Chaque survivant(e) pourrait laisser un message, même très bref, pour faire partager son expérience. Par exemple, ça pourrait donner:

J'ai survécu au harcèlement scolaire, j'ai épousé l'amour de ma vie et on a adopté un enfant qui nous apporte du bonheur au quotidien.

Ou bien:

J'ai survécu au harcèlement scolaire. Aujourd'hui, je donne mon sang plusieurs fois par an. Je sauve des vies au lieu d'en détruire, c'est la plus belle revanche possible.

Ou encore:

J'ai survécu au harcèlement scolaire et je suis artiste-peintre. J'ai décidé qu'un jour, je grimperai en haut d'une montagne pour peindre les neiges éternelles et je ferai tout pour réaliser mon rêve.

Si ce projet de témoignages se réalise, il faudrait évidemment que tout le monde respecte quelques règles: on ne cite pas de noms (ce ne sera pas un espace de délation), on fait en sorte que le contenu soit acceptable pour les enfants (pas de porno ou d'ultraviolence) et on essaie de soigner l'orthographe au minimum.

Quelqu'un est-il intéressé par ce projet? Des questions? Des suggestions?

 


EDIT

 

Créé! Voici l'adresse!

 

http://jaisurvecuauharcelement.tumblr.com/

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Divers
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 10:34

Bonjour,

 

J'ai été victime d'harcèlement scolaire lorsque j'avais 15 ans (j'en ai 22 aujourd'hui) et je souhaiterais témoigner. Non pas pour faire partager ce  "calvaire" mais pour vous dire comment je m'en suis sortie.

 

J'avais 15 ans. A cette époque, je vivais mal mon adolescence. J'étais mal dans ma peau, je voyais la vie en noir. C'était la grande époque des blogs et je mettais souvent des articles sombres sur ma perception de la vie, si dure parfois.

 

J'ai été prise en grippe par un groupe de filles qui ont utilisé mon nom (à l'époque, les commentaires sur les blogs pouvaient être signés par n'importe qui) pour insulter les filles "populaires" de mon école.

 

Je suis vite devenue la risée de l'école. Un article m'insultant avait même été écrit sur moi. Lorsque j'ai appris cela, j'ai été bouleversée. Le regard des élèves avaient changés, on m'envoyait gratuitement des insultes à la tronche. Les premiers jours ont été terribles...j'avais mal au ventre à l'idée d'aller en classe.

 

Heureusement, j'ai eu la chance d'avoir deux amies qui sont restées près de moi malgré l'opinion général des autres. Après avoir subi en silence et souffert de cette situation, j'ai décidé de changer les choses. J'ai fini par comprendre que, que je fasse les choses dans un sens ou dans l'autre, ils trouveront toujours quelque chose à redire. Alors à quoi bon? Ce jour-là a été mon déclic! Je pouvais faire ce que je voulais, tout ce que je voulais, les autres critiqueraient de toute façon...alors mieux vaut en profiter.

 

A la place de me morfondre sur mon sort, j'ai su prendre avec dérision leurs insultes et critiques. J'ai même été dans la provocation. A cette époque, on me surnommait gothika à cause de mes vêtements et mon maquillage sombre. Un jour je suis venue habillée tout en blanc. J'ai, avec mon amie, alimenter de faux ragots sur moi. Pourquoi? Car ce qu'il disait tenait du faux, de ce que j'avais bien voulu leur faire croire et je me suis beaucoup amusée de cette situation. Au final, lorsqu'on sait se détacher du regard des autres, on touche une liberté de faire qui embellit la vie. Cette période de ma vie, qui aurait dû être un calvaire, et qui l'a été jusqu'à ce déclic, est finalement une des meilleures de mon existence.

 

Aujourd'hui j'aimerais dire à mes "agresseurs" 4 choses:

1) Malgré que je n'ai aucun ressentiment contre eux, j'espère qu'ils comprennent et comprendront que leurs actes peuvent détruire. Que j'ai eu la chance d'être forte mais que ce n'est pas donné à tout le monde.

2) J'aimerais les remercier, car au final ils m'ont libéré d'une vie dictée par les autres. Les remercier car c'est grâce à eux que je suis la fille invincible que je suis aujourd'hui.

3) J'aimerais également dire aux suiveurs que, c'est pas parce que Mme X ou M. Y, populaire du collège, a décidé qu'il faut suivre. Ne soyez pas des moutons car vous risquez d'être leur prochaine cible.

4) J'aimerais aussi leur faire comprendre que, ils ont cru être supérieur à moi et tenir les ficelles. Mais détrompez-vous, c'est toujours moi qui les ais tenues.

 

Voici mes conseils pour les victimes d'harcèlement:

1) Je ne pense pas que nous pouvons (en discutant, en faisant appel au directeur du collège, etc..) changer le comportement de ces personnes. Le changement, il doit venir de vous, il doit se faire dans votre tête. Tant que vous vous poserez en victime, vous en serez une. Ayez le courage de relever la tête. AU final, est-ce si important d'être aimé de personnes si cruelles?

2) Je ne vous conseille ni l'affrontement direct, ni la fuite. L'indifférence est la meilleures des armes. Vivez votre vie comme vous le souhaitez sans prendre garde à leurs critiques et remarques. Faites ce que vous voulez et laissez les frustrées s'acharner si ça leur fait plaisir

3) Ne vous considérez pas comme faible car ce sont eux les faibles. Ceux qui ont besoin d'être entouré pour agir, qui ont besoin de rabaisser les plus faibles pour se sentir supérieur. Vous n'êtes pas inférieur, ils le sont. Puisqu'ils ont besoin de se mettre à plusieurs pour vous faire face. Leurs actes sont ridicules, votre intelligence vous honore.

4) La vie ne s'arrête pas au collège. Il y a des personnes à l'extérieur, des amis qui ne sont pas pollués par des mentalités comme vos agresseurs. Montrez à vos agresseurs qu'ils ne vous atteignent pas et que vous êtes appréciés par d'autres.

 

Le harcèlement scolaire est très douloureux mais ce n'est pas de vous qu'on doit avoir pitié, mais d'eux. Moi aujourd'hui, je sais que je suis supérieure à ces personnes et que, malgré leurs tentatives, ils n'auront jamais le dessus sur moi.

 

J'espère que ce témoignage pourra aider certains d'entre vous, ou faire comprendre aux agresseurs que, malgré leur impression de supériorité, vous êtes faibles. Essayez donc de vous en prendre à égal à vous sans votre horde d'acolytes derrière. Vous ne valez plus rien et j'en ris.

 

Salutations

 

Malorie

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages
commenter cet article

Présentation

  • : Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • : Ce blog est consacré à la lutte contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Tous ensemble, nous pouvons faire une différence.
  • Contact

Recherche