Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 15:43

L’association Amazing KIDS travaille en réseau au Luxembourg, en France, en Belgique et en Suisse.

Elle s’appuie sur les compétences d’associations ou de personnes concernées et formées au harcèlement entre pairs et cyber-harcèlement pour un partenariat efficace et professionnel au service des familles, des établissements ou des communes touchées par le harcèlement scolaire.

Pour plus de renseignements, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
9 août 2019 5 09 /08 /août /2019 18:34



Je milite contre le harcèlement scolaire depuis de longues années. Le militantisme m'a permis de rencontrer énormément de personnes formidables. En effet, la plupart des militant.e.s sont des personnes altruistes, sympathiques et désintéressées.

Malheureusement, comme on le dit familièrement, "partout où on va, il y a 10% de cons". Il existe une minorité de militant.e.s antipathiques, j'en ai rencontré quelques-un.e.s. Voici quelques conseils pour ne pas tomber dans leurs pièges.

Tout d'abord, voici comment on les reconnait. Iels ne rassemblent pas forcément tous ces critères mais un seul devrait vous mettre la puce à l’oreille :



- Interagir avec ces personnes vous épuise et vous stresse. C'est le critère le plus important. Si vous vous sentez mal à l'aise avec une personne, c'est qu'il y a un problème. Ecoutez votre intuition.

- Ces personnes jugent et/ou critiquent beaucoup les autres, ne supportent pas d’être jugées et/ou critiquées et ne pratiquent pas l’autocritique.

- Certain.e.s se considèrent comme très sensibles (pas forcément à tort) et réagissent de façon très violente quand quelqu’un les heurte. En revanche, iels n’ont absolument aucun scrupule à heurter la sensibilité d’autrui et prennent tout personnellement.

- Pour elleux, c’est toujours la faute des autres. Iels s’imaginent que sous prétexte qu’iels ont de bonnes intentions dans un certain domaine, tout leur est permis.

- Iels voient le monde en noir et blanc. Pour ces personnes, il y a les "gentils" (les gens qui sont de leur côté) et les "méchants" (tous les autres).

- Il leur est difficile de se mettre à la place d’autrui, même si iels s’imaginent le contraire. Iels écoutent à peine ou pas du tout  les opinions différentes des leurs et les dénigrent systématiquement. Iels peuvent manquer de politesse sans même s’en rendre compte.

- Il y a souvent un côté manipulateur chez ces personnes. Iels vous flattent, vous disent que vous êtes formidables et qu’iels ont besoin de vous, et vous culpabilisent quand vous faites quelque chose qu’iels n’aiment pas.

- Iels la ramènent régulièrement en disant qu'iels sont exceptionnel.le.s, extraordinaires, trop géniaux, sous prétexte qu'iels militent pour une juste cause. La modestie, ce n'est pas leur truc. Souvent, leurs compliments sont intéressés : iels attendent quelque chose en retour.


Si vous avez une de ces personnes dans votre entourage, n’essayez pas de la changer. Vous n’y arriverez pas seul.e et ça vous épuiserait complètement. Protégez-vous.

Si vous êtes proche de cette personne, par exemple si vous travaillez dans la même association, demandez de l’aide. Par exemple, vous pouvez dire à un.e ami.e commun.e : "tu sais, je trouve que Truc a eu un comportement abusif ces derniers temps. Je n'aime pas la façon dont iel parle de ceci-cela". Vous ne serez plus seul.e avec le problème.

Si c'est possible, fuyez cette personne. Effacez-la de vos contacts sur internet et évitez-la dans le monde réel. Il n'y a aucun mal à virer les personnes toxiques de sa vie.
 

Oh, et je le rappelle, tou.te.s les militant.e.s ne sont pas toxiques. Il y a énormément de gens très bien parmi elleux. Gardez foi en l’humanité. :)
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 11:12

Il arrive qu'un.e enfant demande à changer d'école à la suite d'un harcèlement scolaire. Il n'y a pas de mal à cela.

voici un modèle de lettre à envoyer à la mairie (pour les écoles) ou à l'inspection de l'académie (pour les collèges et lycées). Ne pas oublier de faire ça en recommandé, avec accusé de réception, et garder les preuves du harcèlement (certificats médicaux, affaires abîmées...).


Objet: demande de changement d'école à la suite d'un harcèlement

Madame, Monsieur,

Je soussignée [Prénom Nom] vous adresse ce courrier afin de scolariser mon enfant, [prénom nom], âgé de [âge] à l'école [nom et adresse de l'école] pour la prochaine rentrée scolaire.

En effet, depuis [date], mon/ma fils/fille a subi régulièrement des actes de harcèlement de la part de l'élève/enseignant/directeur [nom du harceleur]. [Description détaillée des brimades]. [Nom de l'enfant] ne peut plus travailler sereinement à l'école et je suis très inquièt.e.

Evidemment, je tiens à votre disposition les preuves de ce harcèlement.

Bien cordialement,

[Prénom nom]

Partager cet article
Repost0
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 18:13

Ecrit par Stéphanie Couturier et Camille Benoît, ce livre se lit vite (moins de 80 pages). Il présente des conseils aux parents d'adolescent.e.s (et d'enfants, ne pas se fier au titre) qui sont harcelé.e.s, ainsi que des pistes pour les valoriser de façon positive.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 17:55
 

Le Jeu des Trois Figures – ou J3F – est une activité théâtrale créée en 2007 par Serge Tisseron pour lutter contre les effets délétères de la surconsommation d'écrans en développant la réflexion critique, et en encourageant les compétences exécutives et l'empathie de la maternelle au collège.

Elle peut aussi être utilisée pour développer l'empathie, dans le cadre de la prévention du harcèlement scolaire.

Pour plus de renseignements, cliquez ici.
Partager cet article
Repost0
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 13:19

 

Association loi 1901 à but non lucratif qui pour son pôle intitulé médiationparlespairs propose aux structures éducatives (établissements scolaires, centres sociaux culturels, IMPRO, IMP, écoles, accueils collectifs de mineurs...) ou même aux entreprises, associations, clubs ou tout autre groupement divers de personnes, des outils pour la gestion interne des conflits en prévenant les dérives vers les violences faites aux autres et retournées contre soi. Par le biais de l'information, de la formation, de conférences, d'ateliers, de la sensibilisation, d'actions et une boîte à outils fournie, notre association agit dans le milieu intra-groupe (communautaire) et invite les participant-e-s à :
  • prendre chacun-e leur part dans les situations de violence et prendre conscience que nous pouvons faire évoluer nos positionnements habituels, traditionnels ou réflex ;
  • comprendre que la violence est un phénomène en rapport avec les normes d’un groupe, alimentées, ou, au contraire, désamorcées par les interactions entre les différents positionnements des protagonistes du groupe ;
  • réaliser que les violences résultent de ces interactions même lorsqu’elles se produisent à l’abri du regard des membres du groupe concerné qui les valide intrinsèquement ;
  • C'est intégrer que si un groupe de personnes produit de la violence, les solutions pour l'endiguer se trouvent dans ce groupe et peuvent être révélées et mises en marche pour que cela cesse. 
La médiation par les pairs est l'un des outils des plus efficace en milieu scolaire de lutte contre le harcèlement. Elle implique à la fois les adultes et les élèves dans une véritable démarche de résolution pacifique des conflits qui conduit à l'acquisition et le renforcement de compétences psychosociales.
 
Pour plus de renseignements, cliquez ici.
Partager cet article
Repost0
4 mars 2019 1 04 /03 /mars /2019 18:06

 

Cette page facebook a été créée à l'initiative de l'association "Les souffre-douleurs de l'école", afin de rendre hommage aux enfants et aux adolescent.e.s décédé.e.s à cause du harcèlement scolaire. Les personnes qui ont perdu un.e enfant ou un.e proche harcelé.e peuvent envoyer un message. Un arbre virtuel de leur choix sera consacré à leur enfant, pour qu'on n'oublie jamais et qu'un tel drame ne se reproduise pas.

Pour plus de renseignements, cliquez ici.
Partager cet article
Repost0
28 décembre 2018 5 28 /12 /décembre /2018 09:09

L’Observatoire de la Violence Éducative Ordinaire (OVEO) a pour objet de favoriser, développer et promouvoir le plus largement possible l'information de l'opinion publique et des responsables politiques sur la pratique de la violence éducative ordinaire, c'est-à-dire des diverses formes de violence utilisées quotidiennement dans les familles, les écoles, les institutions et dans toute la société pour éduquer les enfants.
L'OVEO souhaite ainsi :
- contribuer à la prise de conscience de l'importance quantitative et de l'intensité de la violence éducative ordinaire en France et partout dans le monde ;
- aider les parents, enseignants, professionnels de l'enfance et le public en général à prendre conscience des dangers de cette violence et de ses effets sur l'ensemble de la société ;
- aider les responsables politiques à s'engager dans la voie de l'interdiction de cette violence, engagement qu'ils ont commencé à prendre lorsqu'ils ont signé et ratifié la Convention relative aux droits de l'enfant, et notamment son article 19 qui les oblige à protéger les enfants contre toute forme de violence ;
- contribuer, par son rôle d'information, au développement d'une nouvelle vision de l'enfance et de nouvelles conceptions sur l'éducation, dans les familles et dans la société en général.

 

Pour plus de renseignements, cliquer ici.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2018 5 14 /12 /décembre /2018 18:09

Ces derniers temps, une nouvelle insolite a fait le tour du net. Une élève de primaire (appelons-la, mettons, Peggy, comme la deutéragoniste du Jeu des cent robes) a harcelé une autre élève (appelons-la Wanda) dans le bus de ramassage scolaire. Peggy a alors été exclue du bus par l'école et quand le père de Peggy l’a appris, il a puni Peggy en l’obligeant à se rendre à l’école à pieds, par une température proche de zéro degrés Celsius. En outre, il l’a filmée et a posté la vidéo sur Internet en se vantant d’être un père exemplaire.

Je vais être franche. J’ai été moi-même harcelée et si le père d’un.e de mes harceleur.ses l’avait puni.e devant moi, j’aurais jubilé. Seulement, maintenant que je suis adulte, je me pose des questions. Est-ce que le père a vraiment rendu service à Peggy ?

Sur la vidéo, on ne la voit que de dos mais il est possible que d’autres enfants réussissent à la reconnaître. A partir de là, elle risque d’être maltraitée à son tour par des dizaines d’autres enfants et la situation peut très bien devenir absolument incontrôlable. Est-ce que ce serait une bonne chose ?

Il existe des enfants qui se mettent à harceler d’autres enfants parce qu’un de leurs parents les maltraite à la maison. Imaginez un instant que ce soit le cas de Peggy. Que croyez -vous qu’elle ressente en ce moment avec le monde entier qui félicite son père maltraitant d’être un ‘papa exemplaire’ ?

Il y a des enfants harceleurs qui, après une punition, se vengent sur l’enfant qui les a dénoncés. Est-ce que Peggy va se tenir à carreau après cette punition ? Ou est-ce qu’au contraire, elle va détruire toutes les affaires de Wanda dès qu’elle aura le dos tourné ? Y aura-t-il un suivi ?

Je répète que c’est très bien de voir un parent qui prend le problème du harcèlement au sérieux. Tant mieux pour Wanda si elle est protégée à l’avenir. Est-ce que le père de Peggy a eu la meilleure réaction possible ? Dans un monde où rien n’est en noir et blanc, je ne sais pas.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 17:54

 

Cet article est basé uniquement sur mon expérience personnelle. Je suis intervenue dans un lycée et voici ce que j’en ai retiré. Peut-être que ce que j'ai vécu ne s'applique pas dans d'autres types d'établissements.


Je suis devenue intervenante un peu par hasard : j’ai vu une annonce sur facebook et je me suis proposée. Il y a des intervenant.e.s indépendant.e.s, d’autres qui travaillent pour des associations.

Ce que je conseille d'abord, c'est bien se préparer à l'oral. Préparez un plan et entrainez-vous à faire un exposé oral une fois par jour, au moins une semaine avant le grand jour. Quand j’ai répété mon texte pour la première fois, j'ai été submergée par les émotions et je n'ai pas pu parler longtemps mais à force de répéter tous les soirs, j'ai fini par faire mon exposé sans problèmes.

Il y a sûrement beaucoup de façons de faire ce genre d'exposés. Voici ma méthode : je commence par expliquer le principe du harcèlement (en expliquant que c’est un phénomène de groupe, de longue durée, en citant des chiffres...) Ensuite, je raconte mon témoignage et ensuite je demande si les personnes présentes ont des questions.

Pour la partie suivante, on demande aux élèves de former des petits groupes (5 ou 6 personnes) et de réfléchir à ce qu'iels peuvent faire lors d'une situation de harcèlement. Enfin, on met les idées en commun.


Conseils pour agir sur place:

- N’hésitez pas à poser des questions au personnel de l’établissement avant de commencer.
 
- Renseignez-vous sur ce qui concerne le harcèlement en général (le 3020, les méthodes contre le harcèlement, les réseaux sociaux…). Si vous n’arrivez pas à répondre à une question, ne culpabilisez pas. Ça arrive à tout le monde.
 
- Pour faire votre intervention, vous allez devoir sans doute rester debout un long moment. Tenez-en compte et portez des chaussures confortables et des vêtements dans lesquels vous vous sentez bien.

- Prévoyez une bouteille d’eau et de quoi grignoter. Si vous utilisez les toilettes des élèves à un moment, prévoyez aussi des serviettes en papier et du gel hydro-alcoolique. On ne sait jamais.

- Eteignez votre téléphone portable avant de commencer.

- Attendez-vous à entendre des questions insolites, ou même des propos déplacés. Certain.e.s élèves vont peut-être proposer comme solution de tabasser le harceleur. Il faudra expliquer pourquoi c'est une mauvaise idée.

- On va sûrement vous demander pourquoi vous n’avez pas fait ceci ou cela ou pourquoi votre voisin de table n’a pas débarqué pour vous aider en mode Superman… renseignez-vous sur l’effet spectateur et l’effet de sidération.

- Il se peut qu'à un moment, vous détectiez un.e enfant qui a vraiment l'air en souffrance. N'hésitez pas à signaler discrètement le problème au personnel de l'établissement.

- Si une question vous gêne vraiment, vous pouvez toujours refuser gentiment de répondre. Rien ne vous y oblige.

 
Le glurge

Si vous racontez votre expérience de harcèlement, vous pouvez être tenté.e d’en rajouter et d’exagérer ce qui vous est arrivé et/ou ce que vous avez ressenti, dans le but d’impressionner votre auditoire.

Vous n’avez pas besoin de faire ça. Au contraire, c’est contre-productif. Les enfants sont souvent bien plus perspicaces qu’on voudrait le croire et s’ils se rendent compte que vous essayez de manipuler leurs émotions en leur mentant, ça va vous faire perdre toute crédibilité.

Soyez honnêtes. Dans une classe de 30 élèves, il y en aura probablement un.e qui ne vous croira pas mais ce n’est pas grave. L’important, ce sont les 29 qui vous auront écouté.e.


Important

Beaucoup d'entre vous aiment bien se prendre en selfie et les poster sur les réseaux sociaux, et il n'y a aucun mal à cela. Seulement, demandez la permission de l'école avant de poster des images reconnaissables, et ne photographiez pas les gens sans leur consentement, qu'il s'agisse des autres intervenant.e.s, des enseignant.e.s ou des élèves. Le droit à l'image, ça existe. (la photo qui illustre l'article provient d'une banque de données d'images libres de droits).


L'après intervention

Après l'intervention, vous aurez peut-être besoin de vous isoler. Ou peut-être qu'au contraire, vous aurez besoin d'en parler beaucoup. Ces deux réactions sont valables. Faites quelque chose d'agréable et essayez de décompresser.


Bonne intervention!  :)

Partager cet article
Repost0