Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:39

bully-10.jpg

Merci au Groupe Arthur pour l'image.

 

Au commencement est l’éducation. Dès la maternelle, on demande aux enfants d’être « gentils » les uns avec les autres, de demander gentiment au voisin de lui prêter ses jouets plutôt que de les lui prendre, de s’expliquer gentiment et poliment dès qu’il y a un problème.

 

Un enfant poli et à l’écoute des autres, qui préfère le dialogue à la violence et qui a une âme de pacifiste reçoit toujours l’admiration des adultes. On dit souvent de lui qu’il est mûr et intelligent.

 

Cependant, tous les enfants ne sont pas gentils. Quand un bébé de un an essaie de prendre la tétine d’un autre et pleure quand on l’en empêche, il n’y a pas encore de quoi s’inquiéter. Quand un ado de quinze ans vole les rollers de son voisin et crie à l’injustice quand on le lui reproche, il y a un problème quelque part. Des ados qui agissent avec la maturité d’un enfant de quatre ans, il y en a énormément. Ce sont eux qui posent problème.

 

Ne me demandez pas ce qui pousse un enfant à devenir un bully. Je ne le sais pas. Ce que je sais, c’est ce qui se passe dans une cour de récréation, quand un enfant déséquilibré en agresse un autre. À la base, l’agresseur se sent très mal, mais au lieu d’essayer de régler le problème qui se trouve en lui, il pourrit la vie d’une autre personne afin de pouvoir se dire « au moins, untel est plus malheureux que moi. » Quand on le lui fait le reproche, il s’invente de fausses excuses telles que « il est moche », « il m’a provoqué », « je n’y suis pour rien » ou « on m’a tabassé quand j’avais son âge, il faut que je tabasse quelqu’un maintenant. »

 

Les élèves qui assistent à ce genre d'agressions interviennent rarement, pour des raisons qui vont de la peur à la cruauté, en passant par l'ignorance et la stupidité. Il arrive souvent que des spectateurs prennent le parti de l'agresseur ou se 'cachent' derrière lui pour harceler à leur tour, par cruauté ou parce qu'ils recherchent ce qu'ils prennent pour de la sécurité.

 

Les enfants visés sont souvent les plus pacifistes de l’école. L’élève cible ne comprend évidemment pas pourquoi on l’agresse puisqu’il n’a rien fait. Souvent, il essaie d’abord de résoudre le problème en dialoguant, sans forcément comprendre qu’un agresseur de cour d’école est trop stupide pour accepter de dialoguer. Il constate que personne ne l’aide pour des raisons diverses (les élèves spectateurs ont peur de se faire taper dessus ou croient qu’il est facile de se débarrasser d’un bully, on fait courir des rumeurs qui laissent entendre qu’il ne mérite pas qu’on l’aide…) et se sent perdu. Essaie-t-il de frapper son agresseur pour perdre enfin son étiquette de « poltron » ? L’agresseur le frappe encore plus fort ou se met à pleurnicher et rameute un adulte responsable, lequel se laisse berner et punit la vraie cible, sous le regard ravi de l’agresseur.

 

On laisse trop souvent entendre que les élèves agressés sont « peureux, faibles, mous et passifs ». En fait, personne ou presque ne saurait comment réagir dans leur situation. Le harcèlement en entreprise entraîne des suicides chaque année. Il ne faudrait pas s’étonner de ce que le harcèlement scolaire tue et empêche des élèves souvent très brillants de réussir leurs études et d’apporter leur potentiel à la France.

 

Souvent, on dit aux cibles de « se défendre », sans leur expliquer comment on fait pour se défendre. On leur dit aussi souvent de « les ignorer », méthode qui ne fait qu’empirer les choses : un agresseur de cour d’école a justement pour but de mettre sa cible en rage, et si la cible ne réagit pas, l’agression empire. On laisse entendre à la cible qu’il est facile de se sortir de ce genre de situation (ce qui n’est pas le cas, évidemment) et que s’il n’y arrive pas, cela veut dire qu’il ne vaut rien. Perdu, l’enfant peut sombrer dans la dépression.

 

Il faut aussi savoir que les élèves qui demandent de l’aide aux adultes sont souvent méprisés et traités de « fayots » et de « balances » dans les cours de récréation. L’enfant cible ne sait plus comment réagir. Son côté pacifiste, qui jusque là suscitait l’approbation, provoque soudain le mépris de son entourage. Il ne le sait peut-être pas, mais ce n’est pas lui le faible dans l’histoire. Seuls les faibles ressentent le besoin d’agresser.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Comment ça se passe
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:37

Arrêtez tout de suite. Trouvez-vous quelque chose de plus intéressant à faire. Ne dites pas « je ne peux pas m’en empêcher », ce n’est rien d’autre qu’un aveu de faiblesse. Ne dites pas non plus « je ne fais ça que rarement », une seule fois peut être une fois de trop. Pratiquer la violence est un signe de faiblesse et de bêtise, respecter autrui est un signe de force et de maturité.

 

Il peut arriver à tout le monde de se sentir mal dans sa tête, mais il existe énormément de manières positives et constructives de se sentir mieux : pratiquer un sport ou une activité artistique, faire partie d’un groupement ou d’une association, voir un thérapeute… Vous pouvez décider d’être quelqu’un de bien.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Que faire
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:36

Courage ! Je suis passée par là moi aussi et j’en ai bavé ! Voici mes conseils.

  • Rappelez-vous que ce qui se passe n’est aucunement votre faute. Vous êtes quelqu’un de bien, vous méritez beaucoup mieux que ça. N’écoutez jamais les réflexions débiles telles que « tu cherches les ennuis » ou « c’est ta faute, tu n’avais qu’à ne pas mettre cette chemise affreuse. »
  • Eventuellement, faites une petite liste des choses gentilles qu'on a déjà dites à votre sujet, cachez-la bien et lisez-la quand vous vous sentez déprimé. Evitez cependant de lire ou de mentionner tout ou partie de votre liste en public: ça vous donnerait l'air prétentieux/se. De même,si vous appréciez quelqu'un pour telle ou telle raison, n'hésitez surtout pas à le lui dire, c'est toujours bon .
  • Gardez à l’esprit que personne, absolument personne ne peut se défaire d’un harceleur seul. Cela n’a absolument rien d’évident. Les adultes eux-mêmes se retrouvent complètement désemparés quand quelqu’un les harcèle en entreprise. On peut vraiment se demander pourquoi ils demandent ce genre de choses aux enfants alors qu’eux-mêmes en sont incapables. Oh, et intéressez-vous aux autres : ils s'intéresseront à vous.
  • Notez toutes les brimades dans un carnet, et gardez ce carnet en lieu sûr. Gardez également toutes les preuves matérielles (affaires détériorées, emails d’insultes…) Eventuellement, si on vous insulte, enregistrez discrètement les insultes avec un téléphone portable. Si on vous frappe, photographiez les bleus. Toutes ces preuves pourraient vous être utiles plus tard.
  • Demandez à un adulte de confiance de vous aider. S ’il refuse, demandez à un autre. Si exprimer tout cela à l'oral vous gêne, faites-le par écrit. Insistez jusqu’à ce qu’on vous croie.
  • Gardez courage. Même si c'est dur aujourd'hui, vous pouvez toujours vous en relever. Ce garçon a obtenu gain de cause, pourquoi pas vous?

Bon courage!

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Que faire
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:31

Il est toujours très pénible d’apprendre que son enfant est harcelé. Souvent, les parents pensent – à tort – que quelque chose ne va pas dans la façon dont ils ont élevé leur enfant et qu’on le harcèle parce qu’il est « faible ». Or, c’est loin d’être le cas. Comme je l’ai déjà mentionné plus haut, les agresseurs de cours d’école sont motivés par l’envie et la jalousie et cherchent à détruire tous ceux qui ont des raisons d’être plus heureux qu’eux ; c'est-à-dire à peu près tout le monde, à un moment ou à un autre. Ils agressent en priorité l’élève poli, pacifique et non-violent car ils prennent ces qualités pour des signes de faiblesse. Plutôt que de s’avouer bêtement envieux, ils inventent des prétextes ridicules (trop grand, trop petit, trop myope, trop noir, trop bon élève, etc.)

 

Les parents sont souvent les derniers à être avertis que quelque chose ne va pas. Cependant, des détails peuvent donner l’alerte : changements d’humeur, manque de sommeil, manque ou excès d’appétit, affaires « perdues » ou abîmées, notes en baisse, phobie scolaire…

 

Si vous remarquez quoi que ce soit qui ne va pas, demandez-le à votre enfant (est-ce que quelqu’un t’embête à l’école ?) S’il est gêné pour en parler, suggérez-lui d’écrire. Il peut très bien ressentir de la honte, ce qui est souvent le cas dans tous les types de harcèlement. Tenez-en compte et évitez de le culpabiliser davantage. Au contraire, essayez le plus possible de le valoriser.

 

Gardez toutes les preuves matérielles (affaires détériorées, messages d'insultes...). En cas de blessures, demandez à votre médecin un certificat certifiant qu'il y a eu agression ou photographiez les bleus: on ne sait jamais, ça pourrait servir plus tard.

 

Parlez-en aux personnes responsables de son école. Insistez. Demandez à être entendu. Voici un modèle de lettre dont vous pouvez vous inspirer.

 

Si l’école fait la sourde oreille (ça peut arriver plus d’une fois), contactez la gendarmerie ou le procureur de la république, ou signalez le problème à l'inspection d'académie. Si la sécurité de votre enfant semble vraiment en danger, retirez-le de l’école.

 

Lisez, contactez des associations. Plus vous en saurez, mieux vous serez armés.
Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Que faire
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:28

Votre tâche est délicate. Un élève peut très bien en accuser un autre alors que c’est lui l’agresseur. Il faut aussi savoir qu'un agresseur risque fort de reprendre les agressions, en pire, quelques jours après avoir été puni, parce qu'il prend cela pour une injustice. Voici quelques conseils :

  1.  
    • Evitez autant que possible d'avoir des "chouchous". Si un élève est ou a été harcelé, n'essayez pas de compenser en lui accordant un traitement de faveur, en chantant ses louanges devant les autres ou en leur conseillant de prendre exemple sur lui, cela leur donnerait envie de se "venger" en le harcelant encore plus.
    • Evitez aussi de "dénoncer". Si vous dites, mettons, "Marine m'a fait comprendre que des brimades ont lieu dans la classe", il y a 100% de chances pour que le meneur s'en prenne à Marine dès que vous aurez le dos tourné.
    • Evoquez le problème, si possible en début d'année. Contactez des associations et demandez leur des conseils sur la marche à suivre,
    • Si vous abordez le sujet en classe, vous pouvez utiliser comme support des livres, comme par exemple Lili est harcelée ou La Cicatrice (de l'auteur Bruce Lowery). Il existe aussi des DVD que vous pouvez visionner à vos élèves si vous en avez le temps.
    • Faites savoir à vos élèves que vous êtes à leur écoute et qu’ils doivent venir vous parler si jamais il y a un problème,
    • Si un élève dénonce, écoutez-le bien et posez des questions. Si d’autres élèves le regardent en riant sous cape, il y a de fortes chances pour que ce soit un coup monté. Félicitez ceux qui osent prendre la défense de leurs camarades.
    • Si on vous fait savoir qu’un autre professeur harcèle un élève, prenez cela au sérieux. Cela arrive parfois et là aussi, cela peut avoir des conséquences graves.
    • Si un-e élève tabassé se défend en rendant les coups, ne le/la blâmez pas. Refuser la violence, c'est très bien mais il existe quelque chose qui s'appelle la légitime défense. Si on vous agressait, vous aussi auriez le réflexe de rendre les coups.
    • Lisez et renseignez-vous sur le sujet. Je vous recommande ce guide en particulier. Si l’école dispose d’une bibliothèque, demandez à ce que les élèves puissent y avoir à disposition des documents sur la violence et le harcèlement. Plus ils en sauront, mieux ils seront armés.
    • Cette page pourrait aussi vous intéresser.
    • S'il s'agit de harcèlement par internet, cette page peut aussi vous intéresser.
Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Que faire
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:27

De grâce, faites quelque chose. Vous avez peut-être peur des représailles ou de passer pour un « fayot ». Mais il n’est pas si difficile que cela d’intervenir et de prendre la défense d’autrui et cela peut peut-être sauver la vie d’un camarade.

 

Quand vous voyez quelqu’un se faire agresser, que ce soit physiquement, verbalement ou d’une autre façon, dites à l’agresseur d’arrêter. Si vous avez peur de faire cela seul, demandez à vos copains de vous aider. S’ils refusent, insistez ou prévenez un adulte responsable, éventuellement en lui remettant cette lettre. Si l’adulte en question fait la sourde oreille, demandez de l’aide à un autre adulte.

 

Si vous voulez réconforter la cible, n'hésitez pas! Ce genre de geste aide énormément.

 

Votre rôle est primordial. Sérieusement, vous pouvez très bien sauver une vie.

 

Vous avez un ami qui harcèle d’autres enfants et vous n’aimez pas ça ? Faites-lui savoir que vous désapprouvez son comportement. Conseillez-lui ce site ou d’autres documents. Vous pouvez le sauver, lui aussi.

 

Vous êtes tentés de harceler quelqu’un ? Résistez à la tentation. C’est ça qui fera de vous quelqu’un de bien.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Que faire
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:25

On parle de cyberbullying quand le harcèlement et la violence verbale apparaissent ou se poursuivent sur Internet. Voici des pistes pour y remédier.

 

La prévention

 

Que faire quand on y est confronté?

 

Comment être un bon modérateur?

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans le cyber-harcèlement
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:22

Tout d’abord, savoir qu’internet n’est pas une zone de non droit. Les règles élémentaires de la courtoisie s’y appliquent comme partout ailleurs.

 

Si quelqu’un vous insulte sur internet, effacez son message, bloquez-le et/ou prévenez immédiatement la personne responsable (modérateur, administrateur, hébergeur…). Si cela se répète, imprimez ses insultes pour avoir une preuve matérielle plus tard, au cas où. Vous pouvez très bien faire un procès pour insultes en retrouvant la personne via son adresse IP. Evidemment, si vous assistez à une agression (un internaute qui en insulte un autre sur un forum, par exemple), rien ne vous empêche de prendre la défense de la cible et de prévenir les personnes responsables vous-même. C’est même recommandé.

 

Encore un conseil : évitez comme la peste les sites où les responsables et administrateurs sont choisis au vote. Ce n’est jamais un gage de qualité.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans le cyber-harcèlement
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:17

On voit leurs photos dans les journaux, on parle d’eux à la télé… Voici des histoires de gens célèbres qui ont connu l’enfer à l’école.

 

susanboyle

 

Susan Boyle

 

 

ryder-winona

 

Winona Ryder

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:14

C’est triste à dire, mais le harcèlement peut parfois tuer. Le risque de faire une tentative de suicide est nettement plus élevé pour un enfant harcelé que pour un autre. Cette page accueillera les histoires d’enfants qui auraient pu apporter énormément au monde, mais qui n’ont pas eu cette chance. Si vous êtes prêts à apporter l’histoire de votre enfant, frère, sœur ou ami (je sais que ce genre de témoignage est très difficile à donner), merci de me prévenir via le forum ou de m'envoyer un message privé.

 

Noelanie 

Noélanie Sené

 

 

phoebe

Phoebe Prince

 

 

 

jamey

Jamey Rodemeyer

 

 

pauline

Pauline Fourment

 

 matteo

Matteo

 

 

rehtaeh-parsons

Rehtaeh Parsons

 

 

 

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages
commenter cet article

Présentation

  • : Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • : Ce blog est consacré à la lutte contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Tous ensemble, nous pouvons faire une différence.
  • Contact

Recherche