Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 14:27

Bonjour,



Je suis journaliste pour l’émission « Dans les yeux d’Olivier » présentée par Olivier Delacroix et diffusée sur France 2. Je prépare un documentaire sur le thème des « victimes des réseaux sociaux ».


Nous nous intéressons aux dérives affectant les sphères privée (chantage, vidéos/photos compromettantes, insultes, harcèlement) ou professionnelle (campagne de dénigrement, diffamation).


Nous souhaitons comprendre comment tout peut basculer sur internet, la manière dont on y fait face et comment éviter les pièges.


Si vous souhaitez témoigner, n’hésitez pas à me contacter rapidement : Marlyce au 01 41 41 59 92 ou mdeazevedo@storybox-press.com

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Appels à témoins
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 21:14

L'association SOS Benjamin a été créée à la suite du décès du petit Benjamin, qui avait 10 ans. Elle s'occupe de prévention de la violence scolaire et des jeux dangereux.

 

En ce moment, cette association cherche à prendre contact avec des parents qui ont eu leur lot de malheur. Myriam a frôlé la mort à quatorze ans parce qu'on la harcelait à l'école, dans la banlieue lyonnaise, et Leyna, six ans, a été agressée et ligotée à un banc dans la cour de récré.

 

Parents, si vous lisez ceci, sachez que je ne cherche pas à vous blesser. Je sais qu'aucun parent n'a envie que son enfant soit agressé et que vous n'avez sans doute pas envie d'en parler au premier venu. Je vous conseille simplement de consulter leur site internet: http://www.jeuxdangereux.fr/ . L'association SOS Benjamin a pour but d'aider des gens et d'éviter que d'autres enfants aient à souffrir.

 

Bien à vous. J'espère de tout coeur que vous obtiendrez gain de cause et que Myriam et Leyla se reconstruiront. :)

Repost 0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 15:42

Ceci est un communiqué de l'association Benjamin, dont le but est de lutter contre les jeux dangereux. Je l'ai recopié depuis ce lien. Ceux qui sont intéressés sont priés de contacter ce blog.

 

Afin de développer un module contre le harcèlement scolaire et extra scolaire, venant compléter les actions contre les jeux dangereux que SOS Benjamin mène depuis 15 ans, nous avons décidé la création d'un collectif national, décliné régionalement, luttant contre les jeux dangereux et le harcèlement scolaire et extra scolaire, qui s'appellera : 
« Collectif Contre les Comportements Dangereux »
Sous l'égide de l'association Sos Benjamin (association agrée par le Ministère de l'Education Nationale), le Collectif géré par un Comité Directeur (composé de 8 membres), sera le porte parole de notre mouvement.

Un communiqué de presse sera donné aux différents médias afin de les informer de la création de cette entité qui regroupera à termes tous les acteurs qui luttent contre ce FLÉAU.

Il est nécessaire de regrouper à long terme des sympathisants, des adhérents, des collaborateurs ayant la conviction d'agir et de se mobiliser pour une action de santé publique et de se sentir concernés par ce fléau, qui nous touche tous, sans distinction de classe sociale.

Pour développer nos actions nous avons besoin d'acteurs significatifs, et de personnes relais pouvant nous aider (selon ses possibilités et disponibilités).

Nous avons, donc, décidé de décliner le Collectif au niveau Régional, avec la nomination d'un délégué par Région afin d'être plus efficace (Son rôle : Mettre en place les décisions du comité directeur, Coordonner les actions sur le terrain, Assurer la communication au local, Veillez au respect de la charte du collectif, Avoir un rôle de médiation sur son territoire, Etre à l'écoute des victimes et familles de victimes, Possibilité de se faire assister par des adjoints en fonctions de la taille de la Région. Les adjoints seront soumis à accord du comité directeur).
Si vous souhaitez vous engager contre ce FLÉAU, et si vous voulez participer à son ÉRADICATION et êtes intéressé par un engagement au cœur de votre Région, vous pouvez nous donner votre candidature qui sera acté par le comité.

Il nous reste 19 délégués à désigner, alors indiquer moi votre région : 
Alsace, Aquitaine, Auvergne, Basse-Normandie, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Franche-Comté, Haute-Normandie, Île-de-France, Languedoc-Roussillon, Limousin, Lorraine, Midi-Pyrénées, Picardie, Poitou-Charentes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes. 

Chaque délégué et membre du comité signeront une charte de moralité, afin de tous œuvrer dans le même sens et surtout dans le respect des victimes et familles de victimes.

Une adhésion de 10 € annuelle sera demandée à chaque adhérent (délégué et personnes relais), pour le fonctionnement de notre collectif.

Si vous avez des questions n'hésitez pas à me les faire parvenir en MP.

Sos Benjamin et Collectif Contre les Comportements Dangereux
Olivier LAURENDEAU, membre du Comité Directeur
 
http://www.jeuxdangereux.fr/

Plus jamais ca !
 
Plus jamais ca !
 
 https://www.facebook.com/events/220598118068472/
Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Actions concrètes
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 11:01

Pour des raisons de sécurité j’ai modifié les nom de personnes et de lieux, car ici seules 2 personnes connaissent mon histoire ce sont celles qui ont tenté de me protéger de leur mieux et je les remercierais jamais assez pour ça sans elles je pense que je ne serais peut être pas là pour raconter mon histoire … D’avance merci à tous ceux qui prendront le temps de lire mon histoire en entier.

 


A l’école primaire tout était normal et calme, il n’y a rien à raconter avant mon entrée au collège de la ville de R.

 

Le cadre général

 

Je rentre au collège de R à 10 ans (j’ai sauté une classe du fait de mes facilités scolaires). Moi, J, 10 ans, 1m 45 pour 28 kg, blanche, blonde, les yeux bleus et surtout 135 de QI je rentre en septembre 1998 au collège ZEP de R petite ville de banlieue comme il existe tant, quartier défavorisé : misère sociale, culturelle et intellectuelle.

 

Mon année de 6e : année la « moins pire ».

 


J’entre donc en 6e dans une classe « normale ». Très vite, mes camarades remarquent mon niveau économique sensiblement supérieur au leur ( je viens de centre bourg et mes parents travaillent tout les 2 et possèdent 1 maison particulière) alors je deviens la cible de demandes incessantes et qui deviennent très vite journalières. Au début, ravie que mes camarades s’intéressent un minimum à moi et me parlent j’accède à leurs demandes sans me rendre compte que je mets le doigt dans un engrenage qui ne transforme vite en racket organisé par des 3e. Dès le 2e trimestre, je suis rackettée journalièrement par une dizaine de 3e. Je me tais car j’ai honte de ne pas de rebeller et puis je me dis l’an prochain ça sera fini ils partent au lycée. L’année se passe ainsi sans grande difficulté. Mes parents croient juste que je perds tout le temps mes affaires, les profs ne voient rien car je veux rien leur montrer et en plus ils s’en moquent.

 


La 5e : une année infernale qui me paraitra bien calme…

 


Pour info générale : En 5e j'ai commencé le latin puis j'ai servi de cobaye pour le grec ancien.

 

Comme dit dans l'intro, j'ai choisi de faire latin pour 2 raisons : 1ère : j'adoooooooore les langues anciennes / 2e je pensais naïvement me retrouver avec les autres latinistes dans la même classe (donc une classe d'intellos moins pénible...). J'aborde donc cette 5e sereinement pensant que les 3e de l'an dernier étaient au lycée et donc que tout redeviendrait normal… J'étais bien naïve… La rumeur de ma « gentillesse » s'est propagée à tout l'établissement si bien que dès les 1ers jours je suis assaillie de « demandes » à réaliser sous peine de passage à tabac... De plus malgré mes espérances les 10 latinistes que nous sommes, sommes éparpillés dans toutes les classes pour « tirer les autres vers le haut » sans voir que c'est eux qui vont nous tirer vers le bas. Le 1er trimestre passe entre racket et peur et je m'attache inconsciemment à ce prof de latin si gentil, si calme... il deviendra l'un de mes plus fervents défenseurs avec sa femme que je ne connais pas encore... Donc je passe de plus en plus de temps avec ce professeur qui ne me traite pas comme une moins que rien. Il me propose de faire une expérience avec le grec ancien dont il est prof également et qu'il souhaiterait enseigner via une section. J'accepte avec enthousiaste. Je l'ai déjà dit mais j'aime les langues anciennes et en plus ça se passe en plus des cours donc moins de temps à passer dehors avec « les autres ». Sans le savoir je viens de donner corps à une nouvelle torture de la part de mes « camarades ».

 

Maintenant en plus de devoir faire face au racket, je dois faire face aux rumeurs (je suis une trainée, je sors avec le prof et j'en passe et des meilleures). En fin de 2e trimestre je décide de me rebeller suite à une sortie au parc Astérix (eh oui) qui s'était très bien passée (nous étions 5 élèves triés sur le volet).


 
C'est là que va débuter mon véritable enfer car tout ceci n'était rien à côté de ce qui m'attend. Au retour des vacances de Pâques, je refuse toute « demande » et donne l'alerte auprès de mes parents. Mes parents réagissent en prenant rendez-vous avec le principal qui ne fait STRICTEMENT RIEN a part dire il faut qu'elle se défende ou c'est des gamineries. Je n'en parle pas à mon prof car je n'ose pas (j'apprendrai plus tard qu'il se doutait de quelque chose).

 

Maintenant je me renferme dans mon silence et ne parlerai de cette histoire qu'à une seule personne bien plus tard. Cependant, mes refus et ma dénonciation entraînent des conséquences : passage régulier à tabac (je suis devenue experte pour cacher les bleus), intensification des rumeurs, vol d'affaires, surnom débile et autres « gamineries ». L'année se termine ainsi et je pars en séjour linguistique loin de la France pour 2 mois. Je ne rentre qu'en Septembre pour l'année de 4e.

 

Mon année de 4e : pas grand chose à signaler sinon que ca va de mal en pis.

 


J'entre en 4e en sachant ce qui m'attend. Je ne suis pas déçue on me remet la même classe avec des profs différents. Heureusement je conserve Mr F. le prof de latin / grec. Les 2 nouveautés sont : 1ère la puberté est passée par là et j'ai maintenant un corps de femme (ça va pas arranger mes affaires) et je commence l'espagnol. Cette 2e chose va me permettre de rencontrer Mme F. la femme de M. F. cette femme va me « redonner la vie » aussi fort que ca puisse paraître si je suis en vie aujourd'hui je lui dois... Mes nouvelles formes de femme vont ajouter la dimension de harcèlement sexuel à mon calvaire... donc ma situation empire... et ça sera comme ca jusqu’à la fin de l'année... Je rentre pas les détails vous les aurez en 3e

 

La 3e : l'enfer tout simplement

 


Je rentre en 3e en sachant que ça va recommencer mais c'est ma dernière année. Je m'accroche mes notes restent à 18. J'espère avoir Mme ou M. F dans plusieurs matières... Je suis exaucée j'ai M. F en français/ latin / grec/ histoire / geo / et prof principal et Mme F en espagnol et anglais. Donc je passe le plus clair de mon temps avec eux... Dès le début de l'année, mes « camarades » démarrent fort. Dans les 15 1ers jours j'ai une fracture de la cheville « pas faite exprès » en sport. 1 mois plus tard c'est au tour de ma clavicule d'avoir un « accident » … Mme F et M. F se doutent de quelque chose, mes parents ne voient rien car je suis douée pour cacher les marques et inventer des histoires. Mme F tente une approche, elle est comme moi (une ancienne harcelée, ancienne danseuse) d'une gentillesse folle, j'ai de bonnes relations avec elle mais ce jour là je lui dirai rien car j'ai honte... 2 mois plus tard, le 18 janvier, je me souviendrai toute ma vie de ce jour là, le pire jour de ma vie... je vais en sport, une fois n'est pas coutume, je suis pas la 1ère partie … je vais vous raconter le pire épisode de ma vie, j'aurais voulu mourir, je pleure en décrivant cette journée maudite...

 

Mes « camarades » m'attrapent et veulent me doucher « pour me laver », ils me déshabillent violemment, je suis nue dans la douche sous le rire et les moqueries de mes tortionnaires. Je vous passe les détails (je suis incapable de les écrire). Après ce calvaire , je suis rouée de coups, puis ils me laissent là. Je me rhabille et file en cours d'espagnol. La prof remarque de suite que quelque chose n'est pas normal. Elle renvoie les élèves, me dit de rester et lui raconter ce qu'il se passe. Elle s'assoit à coté de moi, me passe une couverture autour des épaules, verrouille les portes et éteint la lumière (je saurais plus tard qu'ayant connu le harcèlement scolaire elle a gardé ses réflexes au cas où…) je suis le cas où … Là dans le noir total, je déballe tout : le racket, les coups, les rumeurs et l'épisode précédent.

 

J'ai beaucoup pleuré ce jour-là ce qui ne m'était jamais arrivé devant quelqu'un en dehors de ma famille... j'ai tellement pleuré que je ne pouvais plus m’arrêter. Soudainement elle me prend dans ses bras et me serre en me disant qu'elle est là et je pleure de plus belle. J'ignore combien de temps cela a duré mais elle est restée avec moi jusqu'à ce que je me calme. Entre temps elle avait rallumé la lumière. En reprenant mes esprits je me suis aperçue que je n'étais pas la seule à pleurer... Elle me raccompagne chez moi, veut que j'aille porter plainte, que j'en parle à mes parents : je refuse. Elle garde le secret et invente une histoire pour justifier mon état et mon retour prématuré de l'école accompagnée par une prof. Le lendemain je retourne à l'école et je commence par espagnol. Je sais pas trop comment me comporter au vu de la veille. Le cours se passe sans accroches et Mme F demande à me parler. La elle m'explique 3 choses : elle me raconte son histoire (guère mieux que la mienne) / me dit qu'elle sera toujours là et qu'elle me protégera / me demande de revenir la voir à midi. La matinée se passe. A midi, j'ai un plan d'actions, Mme F va être ma tutrice (dans mon collège il y avait ce système pour les élèves qui le souhaitaient) et à ce titre me garder pendant les récrés et pauses (gros soulagement), je suis désormais dispensée de sport, de musique et de dessin (elle a pris ça sous sa responsabilité) pour « cause de cours de rattrapages » (pour une élève ayant 18 ^^) . 3 semaines plus tard on part en voyage scolaire en Espagne, à la base celui-ci était prévu en hôtel mais finalement j'irai en famille d'accueil (elle et son mari ont une maison en banlieue de S..) ça m'évite de voir mes camarades. Elle m'a protégée au péril de sa carrière durant toute cette année. Elle même a été agressée pour ça mais jamais elle n'a renoncé. Je lui dirais jamais assez MERCI POUR TOUT …

 


Aujourd’hui

 

Aujourd'hui je suis juriste spécialiste en droit pénal en double cursus franco espagnol. Mes cicatrices sont toujours visibles et mes blessures mentales ne se refermeront sans doute jamais. J'ai fait 2 tentatives de suicide ratées de peu grâce à la vigilance de Mme et M. F. Mme F enseigne toujours à R. et continue de me protéger de loin et tient sa promesse d’être toujours là. Je suis la marraine de son fils et je tente de me reconstruire avec son aide, je la protège aussi à ma façon même si elle aime pas ça… Elle est ma meilleure amie, celle qui connaît tout de moi... Aujourd'hui je leur dit MERCI, merci d’être toujours là, merci d'avoir cru en moi, merci d'avoir protégé ma fin d'adolescence et le peu d’innocence qu'il me reste, merci de m'avoir sauvé la vie tout simplement.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 12:36

lizzie.jpg

 


A sa naissance, Lizzie pesait à peine plus d'un kilo. Elle est née dépourvue de tissus adipeux et doit absorber au moins 5000 calories par jour pour maintenir son poids, 27 kilos à l'âge adulte. Ce mode de vie contraignant s'avérerait pénible pour n'importe qui, mais le pire était la façon dont certains internautes ont mis en ligne des vidéos désobligeantes, se moquant d'elle, l'appelant la "femme la plus laide au monde" et lui conseillant même de se tuer.

 

Cependant, Lizzie ne s'est jamais laissée abattre. A 23 ans, elle est diplômée d'une université et vient de publier son deuxième livre, "Be Beautiful, Be You". Elle donne également des conférences dans le monde entier pour faire partager son expérience et encourager les gens qui souffrent à ne jamais baisser les bras. Son courage est une source d'admiration.

 

« Les jugements que j’ai lus sur internet ne sont que des mots, je ne laisserai pas ces commentaires définir qui je suis » témoigne-t-elle au sujet des messages véhéments qui ont circulé sur la toile. « J’ai eu ma revanche à travers mes réalisations et ma détermination à avancer. Dans cette vidéo, j’étais réduite à être « La femme la plus laide du monde », aujourd’hui je suis bien plus que ça. Je pense que j’ai gagné ».

 

Bravo, Lizzie. Bravo. La plus belle femme du monde, c'est toi.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Histoires de succès
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 12:45

ça y est: six mois se sont écoulés depuis le début de la campagne agir contre le harcèlement à l'école. Un petit bilan? L'un de vous veut-il donner son avis?

 

Personnellement, je suis ravie qu'on parle enfin de ce problème. Je trouve bien qu'un site web, une page facebook et des vidéos aient été créées. Cependant, il y a des améliorations que j'aimerais suggérer (si on veut bien m'écouter):

 

- Le traitement du harcèlement LGBT. L'homophobie est une source de mal-être chez de nombreux adolescents. Il est absolument inacceptable de traiter une fille de "gouine" ou un garçon de "pd", que ce soit à l'école ou ailleurs. Or, on n'en parle pas du tout dans cette campagne. Cette question a sa place dans le traitement des brimades scolaires en général.

- Le rôle des parents des harceleurs. D'après les psychiatres, ils ont généralement des réactions peu adaptées (sévérité excessive ou laxisme total). J'aimerais bien qu'ils puissent disposer de conseils et d'aides adaptées.

- Le cas d'enseignants qui harcèlent des élèves ou d'élèves qui harcèlent des enseignants. Si, ça arrive et ça peut être très éprouvant dans les deux cas.

- Les associations. Certaines existent déjà, comme l'Association Noélanie, d'autres sont encore en projet. Pour moi, ce serait bien si elles pouvaient être mises en avant.

 

Avez-vous d'autres idées?

Repost 0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 12:39

Benni-cinkle.JPG

 

J'ai trouvé ici cette très belle histoire vraie. La traduction est ci-dessous.

 


Quand Benni Cinkle avait 13 ans, elle est apparue dans une vidéo youtube qui a "fait le buzz", atteignant plus de 200 millions de vues. Au début, Benni fut tournée en ridicule par des millions d'internautes dans le monde entier parce qu'elle dansait assez mal. On l'appelait souvent "cette fille en rose qui ne sait pas danser". Ils l'insultaient et lui conseillaient de se tuer.

 

Parmi les insultes qu'elle dût endurer, il y avait “lamentable, atroce, maladroite, horrible, conne, monstre, loser, ignoble, nulle, énervante, grosse et moche, débile.” Parmi d'autres commentaires, il y avait "elle devrait penser au suicide", "pitié, tue-toi" et "je parie qu'elle a envie de mourir maintenant".

 

S'est-elle laissée abattre par ces imbéciles. A-t-elle plongé dans la dépression? S'est-elle suicidée?

Non. Benni était une cible mais elle n'était pas une victime !

AU lieu de réagir brusquement, Benni ne prit pas les choses personnellement. Elle resta de bonne humeur. Elle géra leurs critiques avec humour, honnêteté et compréhension. Elle se montrait ouverte et ne se cachait pas. Bientôt, les cyber-harceleurs anonymes devinrent ses fans et Benni acquit la réputation grandissante d'être une ado simple et avec qui on pouvait parler. Pendant les mois qui suivirent sa popularité inattendue, Benni reçut des dizaines de milliers de demandes de conseils de la part d'ados du monde entier.

 

Réalisant qu'elle avait les moyens de toucher le monde entier, Benni décida d'utiliser ses 15 minutes de gloire de manière positive. Alors elle:

 

* Créa la fondation “That Girl in Pink” (cette fille en rose), une organisation non lucrative dédiée à la prévention du suicides des adolescents. Cette fondation a pour objet tous les problèmes qui pourraient entraîner directement ou indirectement des suicides d'ados, y compris: la dépression, le harcèlement, le cyber-harcèlement, l'auto-mutilation, l'homophobie, la violence envers les enfants, les abus sexuels, les abus de la part du copain/de la copine, les troubles du comportement alimentaires et les grossesses précoces.
* Ecrivit “That Girl in Pink’s Internet Survival Guide” (le guide de survie sur Internet de cette fille en rose) pour proposer aux ados des stratégies de comportements sur internet.
* Organisa un "flashmob dance" pour lever des fonds pour la Croix-Rouge américaine afin d'aider les survivants du tsunami.
* Organisa une marche pour la Fondation contre la mucoviscidose avec des centaines d'enfants de 14 pays qui marchaient virtuellement avec elle.
* Enregistra un single, “Can You See Me Now,” et versa les bénéfices à des associations caritatives.
* Visita des écoles dans tous les Etats-Unis pour aider les adolescents.

 

Trois grands hourras pour Benni!

 


ps: j'ai trouvé la photo sur son site internet.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Histoires de succès
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 12:42

Bonjour,


Je suis journaliste pour le magazine de reportages "Sept à huit", sur TF1. (Vous pouvez taper "Marie-Alix Brucker" sur Google pour vérifier). Je vous contacte car je prépare un reportage sur Facebook et les adolescents, notamment ceux victimes de harcèlement par l'intermédiaire de ce réseau social.


Si vos enfants, ou des enfants de votre entourage, en ont été victimes, et que leurs parents souhaitent témoigner d'un phénomène trop souvent passé sous silence, je serais tout à fait disposée à m'en entretenir avec eux par mail: ma.brucker@elephant-cie.com, ou par téléphone 01 56 21 37 13.


Cordialement,


Marie-Alix Brucker

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Appels à témoins
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 09:24

guide.jpg

 

Paru le 10 mai 2012, ce guide a été rédigé par Jean-Pierre Bellon et Bertrand Gardette, à qui on doit déjà l'ouvrage Harcèlement et brimades entre élèves.

 

Je le recommande à tous les professeurs et membres du personnel des écoles, collèges et lycées car il présente du concret: une présentation des phénomènes d'intimidation, des études de cas tirées de témoignages réels, des exemples de politiques anti-brimades dans le monde et beaucoup de bons conseils.

 

En somme, tout pour les écoles qui veulent prévenir les brimades et faire en sorte que leurs élèves travaillent dans un environnement aussi sain que possible. Bravo, les auteurs!

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Livres et documents
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 12:42

sawyer.jpg

 

Cliquez sur ce lien et vous trouverez cette très belle histoire vraie. Si vous ne parlez pas anglais, voici la traduction

 

Quand Sawyer Rosenstein avait 12 ans, un coup de poing d'un sale gosse a changé sa vie pour toujours, le laissant paralysé et lui faisant même frôler la mort.

 
 
Aujourd'hui, six ans après l'agression, le conseil d'établissement de son ancienne école du New Jersey a accepté de lui verser 4,2 millions de dollars de dommages-intérêts. (environ 3,2 millions d'euros, ndt)


--------------------------------------------------------------------------------

“C'est vraiment formidable de voir que tout cela se termine … de savoir que cette période vraiment difficile de ma vie est derrière moi,” a déclaré Sawyer, jeune étudiant de 18 ans en première année de communication à l'université de Syracuse à msnbc.com. “Je peut vraiment me concentrer sur toutes les choses que je vais réussir ainsi que sur tous mes projets.”

 

L'avocat des Rosenstein, Jeffrey Youngman, a déclaré que l'issue du procès était “absolument unique.”

“Je vois des histoires sur le harcèlement presque tous les jours et … c'est l'une des premières histoires où il y a vraiment eu un résultat positif, qui a réellement aidé la famille,” a-t-il déclaré à msnbc.com, notant que le conseil d'établissement Ramsey n'admet pas la responsabilité.

 

“Mais les faits qui ont trait à ce cas sont incroyables, je veux dire qu'on a affaire à un enfant qui se montrait très actif" dans le traitement du harcèlement, a-t-il déclaré.

 

Youngman fait référence à des emails écrits par l'adolescents à des personnes responsables à l'école Eric Smith – un conseiller d'orientation, un assistant – à propos du harcèlement.

 

"J'aimerais vous faire savoir que les brimades ont empiré," écrivait-il à son conseiller d'orientation trois mois avant l'agression qui l'a laissé paralysé, dans un email cité par le tribunal. "J'aimerais trouver des moyens pour venir à bout de ces situations, et j'aimerais que ce message soit archivé afin d'avoir une preuve que ce n'est pas la première fois si jamais ça se reproduit."

 

Le 16 mai 2006, un gosse frappa le jeune Rosenstein si fort qu'il tomba à genoux. Deux jours plus tard, il se mit à hurler chez lui.

 

“On l'a ramassé et on a appelé une ambulance,” a déclaré son père au journal. "Il n'a plus marché depuis."

 

Sawyer s'est retrouvé paralysé en dessous de la ceinture à cause d'un caillot qui s'est formé dans une artère au dessus de son abdomen. Quand le caillot est descendu le long de sa colonne vertébrale, il a éclaté, le laissant paralysé. Cette paralysie a entraîné des complications telles que la scoliose, 19 opérations chirurgicales et une fusion complète de la colonne vertébrale. Selon Maître Youngman, il a frôlé la mort plusieurs fois.

 


Sawyer a déclaré s'être senti au plus mal à cette période. Il pensait “pourquoi moi” après une des nombreuses opérations lors desquelles il considérait ses options.

 

“J'ai vu ça comme un défi. Il fallait que je dise ‘Okay, dans tes dents, la société. Je vais te renvoyer à la figure la façon dont tu m'as traité. Tu m'as fait pleurer des seaux, je te ferai pleurer des mers', a-t-il déclaré.

 

Selon Maître Youngman, il a manqué un an d'école mais a quand même obtenu son diplôme à temps et a été classé parmi les meilleurs élèves à chaque semestre.

 

“Sa détermination est tout simplement incroyable, il est une source d'inspiration,” a-t-il déclaré.

 

En 2009, la famille Rosenstein a engagé des poursuites contre le conseil d'administration de l'école, divers administrateurs, d'autres personnes et le garçon qui a agressé ; les accords sur les dommages-intérêts furent conclus fin mars. Selon Maître Youngman, qui mentionne des agressions antérieures avec d'autres personnes, la plaidoirie de la famille se base entre autres sur le fait que les responsables de l'école savaient ou auraient dû savoir que l'agresseur de Sawyer avait des tendances à la violence. La famille a réglé ses comptes avec cet élève il y a deux ans, selon des termes confidentiels.

 

“Les actions de l'école étaient tout simplement représentatives de ce que font les écoles dans ces situations : elles ont des politiques et ne savent pas comment les mettre en place,” a déclaré Maître Youngman. “Vous pouvez avoir autant de politiques écrites que vous voulez mais si on ne les met pas efficacement en application, ça reste des mots.”

 

Lors d'un communiqué, le conseil d'établissement Ramsey a affirmé qu'après trois ans de dépositions et de découvertes antérieures au procès, sa compagnie d'assurance a accepté de verser les dommages-intérêts.

Selon le communiqué, “Ni le conseil, ni aucun de ses employés n'ont admis une quelconque violation d'une loi ou devoir dûe aux plaignants."

 

Le conseil a dénié les allégations selon lesquels lui ou ses employés auraient "fui ou compromis sa responsabilité de développer et de mettre en place des procédures et des politiques efficaces pour protéger la sécurité et les droits" de la communauté de l'école, affirme encore le communiqué, notant que le district "se targue du rôle qu'il a joué en sensibilisant au danger du harcèlement et des brimades en milieu scolaire."

 


Ce n'est que récemment et après en avoir beaucoup parlé avec sa famille que Sawyer Rosenstein a décidé de partager son histoire avec le public pour attirer l'attention sur ce problème. Autrement, il n'aime pas parler de son histoire.

 

“Je ne veux pas être le pauvre petit sur lequel on s'apitoie. Je veux plutôt que cette histoire soit celle d'un succès, qu'on sache que malgré tout cela, j'ai réussi à m'imposer,” déclare-t-il. “Je veux que les gens me soutiennent quoi que je fasse et qu'ils m'aident dans mes actions.”

 

Il encourage toutes les personnes brimées à se documenter comme il l'a fait, persuadé que c'était un facteur clé dans ses démarches. Même si on le harcelait constamment et si on lui rappelle à quel point il voulait que ça s'arrête, il veut que d'autres sachent que oui, ça s'arrête.

 

Aujourd'hui, Sawyer, qui veut devenir reporter, héberge et édite un podcast, "Talking Space", qu'il a aidé à co-fonder. Il a déclaré avoir assisté au lancement final de la navette spatiale à 17 ans, ce qui fait de lui le plus jeune reporter reconnu.

 

La leçon qu'il espère que les gens retiendront de son histoire est la suivante “ceci est un problème grave, il faut prendre cela au sérieux et agir, et ce gamin a pris une chose terrible et en a tiré quelque chose de formidable. Je peux faire la même chose.”

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Histoires de succès
commenter cet article

Présentation

  • : Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • : Ce blog est consacré à la lutte contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Tous ensemble, nous pouvons faire une différence.
  • Contact

Recherche