Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 17:54

noelanie3.jpg

 

On dit qu'en France on n'a pas de chance, que le gouvernement ne prend pas au sérieux les problèmes de harcèlement scolaire, que la campagne était vraiment trop brève...

 

En même temps, au Royaume-Uni, le gouvernement ne consacre pas non plus 200% de son temps à la prévention des brimades. Ce sont les associations qui font le boulot! Beat Bullying est la plus importante, et ils font du boulot formidable!

 

Et vous savez ce qui est le plus beau? En France, on a AUSSI des associations! Certaines sont encore en projet, comme celle d'Aurélie, d'autres existent déjà, comme SOS Benjamin ou l'Association Noélanie.

 

Vous voulez faire quelque chose pour les aider? Contactez-les, tout simplement! Faites-leur de la pub via votre blog! Faites-leur un don ou achetez-leur un livre de prévention, que vous pourrez garder ou offrir à une école! Même à votre petite échelle, vous pouvez faire quelque chose.

 

Que le gouvernement se bouge ou non, on peut se remonter les manches soi-même et faire quelque chose contre le harcèlement à l'école.

 

 

ps: la photo est celle de la petite Noélanie, morte à huit ans à cause de la cruauté d'un enfant et de la passivité de certaines personnes. Qu'elle repose en paix.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Actions concrètes
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 10:56

matteo.jpgCe vendredi 8 février 2013, Mattéo a mis fin à ses jours. Il avait treize ans.

 

Les parents de l'adolescent, qui était en classe de 4e au collège Saint Exupéry à Bourg-Saint-Maurice, avaient déjà porté plainte en 2011 contre deux jeunes de l'établissement qui avaient agressé leur fils dans la cour de récréation, alors qu'il était en 6e.

 

Amateur de rap, Matteo,  retrouvé vendredi après-midi pendu dans sa chambre, avait posté une vidéo sur internet dans laquelle cet adolescent aux cheveux roux exprimait son mal-être. "Il y a aussi la discrimination, oui je le crie fort, j'en ai beaucoup souffert, mais il n'y a pas que moi. La vie est une lutte, il faut résister", peut-on entendre.

Le collégien, dont "on avait repéré les difficultés relationnelles avec ses camarades dès son arrivée au collège, avait fait l'objet d'un accompagnement par l'intermédiaire du conseiller principal d'éducation avec qui il avait noué une relation de confiance", a raconté le directeur de cabinet du rectorat, François Charlon.

La 5e et le début de 4e s'étaient "bien passés", selon le rectorat, jusqu'à ce qu'il y a une quinzaine de jours le jeune garçon reçoive un coup de poing. "Cet événement serait passé inaperçu dans d'autres circonstances", a dit le rectorat.

"Le père avait pris rendez-vous avec le directeur du collège et une sanction avait été infligée à l'auteur du coup", a poursuivi M. Charlon.

Une cellule de soutien psychologique a été mise en place au collège en début de semaine.

 

 

Repose en paix, Matteo

 

 

Retour au mémorial

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages le mémorial
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 08:43

Bonjour,


dans le cadre d'un documentaire que je réalise pour France 5 sur le harcèlement à l'école, je suis actuellement à la recherche d'enseignants de premier et deuxième cycle qui accepteraient de participer à un petit projet artistique et d'expression écrite avec leurs élèves. Cela n'impliquerait aucune caméra, il suffit juste que je leur explique l'intitulé de l'atelier, qu'ils prennent le temps de le mettre en place avec leurs élèves (de façon totalement anonyme) et qu'ils me fassent un retour par la suite de cette expérience.


Sachez que je suis également à la recherche de familles concernées à l'heure actuelle par le harcèlement scolaire, qui peinent à en sortir et qui souhaiteraient communiquer sur le sujet.


N'hésitez pas à me contacter et surtout à transmettre cet appel à témoins. Je tiens à vous préciser que je suis une ancienne victime moi-même et que je me bats pour que ce film participe à changer (un peu) les choses.


Merci d'avance, et à très vite!

Amandine Stelletta
0620175263

stelletta.amandine@gmail.com

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Appels à témoins
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 10:57

J’ai trouvé un très beau texte à cette adresse. En voici la traduction.


Comment reconnaître et affronter les harceleurs cachés à l’école.


Les gosses qui harcèlement ouvertement sont faciles à reconnaître: ils sont bruyants, odieux et menaçants.

Les brimeurs sournois sont plus difficiles à identifier. Mais si on ne reconnait pas leurs techniques pour les identifier en tant que tels, on ne peut pas trouver l’énergie pour se monter contre eux et les arrêter.

Voici sept caractéristiques des harceleurs sournois des cours d’écoles:

  1. Ils s’imaginent que leur sens de l’humour est correct. Ils vous utilisent comme un punching-ball émotionnel. Ils croient qu’ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent et que vous êtes supposés l’encaisser. Ils font des remarques vicieuses, méchantes, dévalorisantes et blessantes à votre sujets en public. Ils soulignent toutes vos erreurs et échecs et ils vous confient des secrets embarrassants. Ensuite, ils rigolent comme s’il s’agissait d’une blague. Si vous émettez une objection, ils dissent que vous êtes trop sensible ou qu’ils plaisantaient. Ils considèrent vos sentiments comme stupides et illogiques. Mais si vous dites quoi que ce soit contre eux, gare à vous.
  2. Ils vous filent des coups de coude ou font tomber vos livres, prennent l’air innocent et font comme si c’était un accident. Et ils sourient.
  3. Les harceleurs forment des bandes et des gangs. Ils vous excluent. Ils manipulent ou contraignent d’autres enfants pour qu’ils vous briment. Ils disent que le harcèlement est de votre faute parce que vous êtes différent. Mais la seule personne coupable, c’est eux. Ils veulent le pouvoir, le contrôle et se sentir bien en vous rabaissant.
  4. Ils sont certains d’être plus importants que vous. Ils croient que votre vie devrait être consacrée à leurs besoins, désirs et caprices. Si vous refusez, ils vous donneront mauvaise presse. Ils font semblant d’être votre meilleur ami mais font semblant d’être blessés quand vous ne faites pas tout ce qu’ils veulent. Ils répandent des rumeurs et des mensonges à votre sujet.
  5. Tout le monde est un pion dans leur jeu. Ils pensent que vous avez de la valeur tant que vous pouvez les aider ou les idolâtrer. Ils sont égoïstes, arrogants et exigeants: ils croient que tout le monde devrait s’occuper d’eux. Ceux qui ne les aident pas ou s’opposent à eux deviennent des ennemis. Vous craignez qu’ils se vengent si jamais vous exprimez un désaccord.
  6. Ils pensent que leurs excuses peuvent tout excuser. Ils croient que leurs raisons justifient tous leurs actes. Ils pensent que si vous n’êtes pas d’accord, vous ne les comprenez pas, ou alors c’est que vous êtes maléfique. Les certitudes absolues de ces personnes narcissiques et manipulatrices peuvent vous amener à douter de vous et à vous harceler vous-mêmes. Vous n’êtes plus certains de votre propre jugement et de vos propre sagesse et vous finissez par céder.
  7. Ils croient que leur logique, raisonnements et règles ont valeur absolue. Ils pensent qu’ils ont le droit de faire tout ce qu’ils veulent – prendre ce qu’ils veulent, harceler, maltraiter, attaquer ou répliquer comme ils le souhaitent – mais que tout le monde devrait se soumettre à leurs règles. Si vous êtes blessé par ce qu’ils ont dit ou fait, ils dissent que c’est votre faute et votre problème. Ils pensent qu’ils ont toujours raison et que tout est de votre faute.

Les harceleurs sournois sont des manipulateurs émotionnels. Ils essaient de vous faire vous sentir désespérés et désemparés. Ils vous isolent.


Ignorez votre auto-harcèlement; cette petite voix qui ne vous aime pas, qui vous dit que le narcissique obsédé du contrôle pourrait bien avoir raison. Si vous ne faites pas confiance à vos propres instincts, vous pourriez vous faire aspirer dans un trou noir émotionnel.


Vous ne pourrez jamais être assez gentil pour les changer. Ce n’est pas vous, le thérapeute qui va résoudre leurs problèmes émotionnels. Ce sont les adultes responsables qui sont censés les arrêter, puis les changer ou les isoler. Ce sont des maniaques du contrôle qui ont un sérieux problème. Ne discutez pas avec eux mais ne les ignorez pas non plus.


Ces harceleurs sont là depuis toujours. Une citation d’un des plus vieux livres du monde, “Le Mahabharata,” dit, “Si vous êtes doux, [les brutes] croiront que vous avez peur. Ils n’arriveront jamais à comprendre les motifs de votre douceur. Ils penseront que vous êtes faibles et que vous ne résisterez pas.”


Voyez les comme les manipulateurs sournois qu’ils sont. Répliquez verbalement. Demandez de l’aide.

Demandez à vos amis d’enregistrer ce qu’ils disent ou font. C’est à ça que servent les téléphones portables. Demandez de l’aide à un professeur digne de confiance et à vos parents. Répondez physiquement s’il le faut.

Si on n’arrête pas les petites brutes, ils nous prennent pour des proies faciles. Comme des requins, ils en demandent toujours plus.


Gardez une flamme qui brûle dans votre cœur. Vous êtes peut-être une cible mais ne soyez pas une victime. Défendez-vous.


Le harcèlement ne doit pas être toléré.

 

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Divers
commenter cet article
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 19:00

"Toute une histoire" vous propose le thème:

Ces enfants victimes de harcèlement scolaire
Pour ce sujet nous recherchons des témoins dans les cas suivant:
- Votre enfant est victime de harcèlement scolaire et il en souffre

- Pendant plusieurs mois, vous n'avez pas vu que votre enfant était malmené par ses camarades, vous culpabilisez

- Vous avez dû déscolariser votre enfant car il était le souffre-douleur de sa classe

- Votre enfant a été la cible de rumeurs sur Internet, il a du mal à se reconstruire

- Après avoir été victime de harcèlement scolaire, vous avez très bien réussi dans la vie et le regard des autres sur vous a changé

- Lorsque vous étiez enfant, vous avez malmené l'un de vos camarades et aujourd'hui, vous le regrettez

Si vous souhaitez témoigner, contactez-nous :
Hortense au 01.53.84.30.80 ou hhyest@reservoir-prod.fr

 

------------------------------

 

L'émission a été diffusée ce 17 janvier 2013 à 14h00.

 

Elle peut être regardée en replay via ce lien.

 

Un grand bravo à ceux et celle qui ont eu le courage de témoigner lors de cette émission, et merci à France 2.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Appels à témoins
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 11:34

Aujourd'hui, j'aimerais faire un petit coup de pub pour une action de prévention à destination des écoles primaires.

 

Cette action se base sur un conte pour enfants, qu'on peut se procurer via le site suivant.

 

Bonne lecture!

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Actions concrètes
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 14:27

Bonjour,



Je suis journaliste pour l’émission « Dans les yeux d’Olivier » présentée par Olivier Delacroix et diffusée sur France 2. Je prépare un documentaire sur le thème des « victimes des réseaux sociaux ».


Nous nous intéressons aux dérives affectant les sphères privée (chantage, vidéos/photos compromettantes, insultes, harcèlement) ou professionnelle (campagne de dénigrement, diffamation).


Nous souhaitons comprendre comment tout peut basculer sur internet, la manière dont on y fait face et comment éviter les pièges.


Si vous souhaitez témoigner, n’hésitez pas à me contacter rapidement : Marlyce au 01 41 41 59 92 ou mdeazevedo@storybox-press.com

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Appels à témoins
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 21:14

L'association SOS Benjamin a été créée à la suite du décès du petit Benjamin, qui avait 10 ans. Elle s'occupe de prévention de la violence scolaire et des jeux dangereux.

 

En ce moment, cette association cherche à prendre contact avec des parents qui ont eu leur lot de malheur. Myriam a frôlé la mort à quatorze ans parce qu'on la harcelait à l'école, dans la banlieue lyonnaise, et Leyna, six ans, a été agressée et ligotée à un banc dans la cour de récré.

 

Parents, si vous lisez ceci, sachez que je ne cherche pas à vous blesser. Je sais qu'aucun parent n'a envie que son enfant soit agressé et que vous n'avez sans doute pas envie d'en parler au premier venu. Je vous conseille simplement de consulter leur site internet: http://www.jeuxdangereux.fr/ . L'association SOS Benjamin a pour but d'aider des gens et d'éviter que d'autres enfants aient à souffrir.

 

Bien à vous. J'espère de tout coeur que vous obtiendrez gain de cause et que Myriam et Leyla se reconstruiront. :)

Repost 0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 15:42

Ceci est un communiqué de l'association Benjamin, dont le but est de lutter contre les jeux dangereux. Je l'ai recopié depuis ce lien. Ceux qui sont intéressés sont priés de contacter ce blog.

 

Afin de développer un module contre le harcèlement scolaire et extra scolaire, venant compléter les actions contre les jeux dangereux que SOS Benjamin mène depuis 15 ans, nous avons décidé la création d'un collectif national, décliné régionalement, luttant contre les jeux dangereux et le harcèlement scolaire et extra scolaire, qui s'appellera : 
« Collectif Contre les Comportements Dangereux »
Sous l'égide de l'association Sos Benjamin (association agrée par le Ministère de l'Education Nationale), le Collectif géré par un Comité Directeur (composé de 8 membres), sera le porte parole de notre mouvement.

Un communiqué de presse sera donné aux différents médias afin de les informer de la création de cette entité qui regroupera à termes tous les acteurs qui luttent contre ce FLÉAU.

Il est nécessaire de regrouper à long terme des sympathisants, des adhérents, des collaborateurs ayant la conviction d'agir et de se mobiliser pour une action de santé publique et de se sentir concernés par ce fléau, qui nous touche tous, sans distinction de classe sociale.

Pour développer nos actions nous avons besoin d'acteurs significatifs, et de personnes relais pouvant nous aider (selon ses possibilités et disponibilités).

Nous avons, donc, décidé de décliner le Collectif au niveau Régional, avec la nomination d'un délégué par Région afin d'être plus efficace (Son rôle : Mettre en place les décisions du comité directeur, Coordonner les actions sur le terrain, Assurer la communication au local, Veillez au respect de la charte du collectif, Avoir un rôle de médiation sur son territoire, Etre à l'écoute des victimes et familles de victimes, Possibilité de se faire assister par des adjoints en fonctions de la taille de la Région. Les adjoints seront soumis à accord du comité directeur).
Si vous souhaitez vous engager contre ce FLÉAU, et si vous voulez participer à son ÉRADICATION et êtes intéressé par un engagement au cœur de votre Région, vous pouvez nous donner votre candidature qui sera acté par le comité.

Il nous reste 19 délégués à désigner, alors indiquer moi votre région : 
Alsace, Aquitaine, Auvergne, Basse-Normandie, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Franche-Comté, Haute-Normandie, Île-de-France, Languedoc-Roussillon, Limousin, Lorraine, Midi-Pyrénées, Picardie, Poitou-Charentes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes. 

Chaque délégué et membre du comité signeront une charte de moralité, afin de tous œuvrer dans le même sens et surtout dans le respect des victimes et familles de victimes.

Une adhésion de 10 € annuelle sera demandée à chaque adhérent (délégué et personnes relais), pour le fonctionnement de notre collectif.

Si vous avez des questions n'hésitez pas à me les faire parvenir en MP.

Sos Benjamin et Collectif Contre les Comportements Dangereux
Olivier LAURENDEAU, membre du Comité Directeur
 
http://www.jeuxdangereux.fr/

Plus jamais ca !
 
Plus jamais ca !
 
 https://www.facebook.com/events/220598118068472/
Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Actions concrètes
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 11:01

Pour des raisons de sécurité j’ai modifié les nom de personnes et de lieux, car ici seules 2 personnes connaissent mon histoire ce sont celles qui ont tenté de me protéger de leur mieux et je les remercierais jamais assez pour ça sans elles je pense que je ne serais peut être pas là pour raconter mon histoire … D’avance merci à tous ceux qui prendront le temps de lire mon histoire en entier.

 


A l’école primaire tout était normal et calme, il n’y a rien à raconter avant mon entrée au collège de la ville de R.

 

Le cadre général

 

Je rentre au collège de R à 10 ans (j’ai sauté une classe du fait de mes facilités scolaires). Moi, J, 10 ans, 1m 45 pour 28 kg, blanche, blonde, les yeux bleus et surtout 135 de QI je rentre en septembre 1998 au collège ZEP de R petite ville de banlieue comme il existe tant, quartier défavorisé : misère sociale, culturelle et intellectuelle.

 

Mon année de 6e : année la « moins pire ».

 


J’entre donc en 6e dans une classe « normale ». Très vite, mes camarades remarquent mon niveau économique sensiblement supérieur au leur ( je viens de centre bourg et mes parents travaillent tout les 2 et possèdent 1 maison particulière) alors je deviens la cible de demandes incessantes et qui deviennent très vite journalières. Au début, ravie que mes camarades s’intéressent un minimum à moi et me parlent j’accède à leurs demandes sans me rendre compte que je mets le doigt dans un engrenage qui ne transforme vite en racket organisé par des 3e. Dès le 2e trimestre, je suis rackettée journalièrement par une dizaine de 3e. Je me tais car j’ai honte de ne pas de rebeller et puis je me dis l’an prochain ça sera fini ils partent au lycée. L’année se passe ainsi sans grande difficulté. Mes parents croient juste que je perds tout le temps mes affaires, les profs ne voient rien car je veux rien leur montrer et en plus ils s’en moquent.

 


La 5e : une année infernale qui me paraitra bien calme…

 


Pour info générale : En 5e j'ai commencé le latin puis j'ai servi de cobaye pour le grec ancien.

 

Comme dit dans l'intro, j'ai choisi de faire latin pour 2 raisons : 1ère : j'adoooooooore les langues anciennes / 2e je pensais naïvement me retrouver avec les autres latinistes dans la même classe (donc une classe d'intellos moins pénible...). J'aborde donc cette 5e sereinement pensant que les 3e de l'an dernier étaient au lycée et donc que tout redeviendrait normal… J'étais bien naïve… La rumeur de ma « gentillesse » s'est propagée à tout l'établissement si bien que dès les 1ers jours je suis assaillie de « demandes » à réaliser sous peine de passage à tabac... De plus malgré mes espérances les 10 latinistes que nous sommes, sommes éparpillés dans toutes les classes pour « tirer les autres vers le haut » sans voir que c'est eux qui vont nous tirer vers le bas. Le 1er trimestre passe entre racket et peur et je m'attache inconsciemment à ce prof de latin si gentil, si calme... il deviendra l'un de mes plus fervents défenseurs avec sa femme que je ne connais pas encore... Donc je passe de plus en plus de temps avec ce professeur qui ne me traite pas comme une moins que rien. Il me propose de faire une expérience avec le grec ancien dont il est prof également et qu'il souhaiterait enseigner via une section. J'accepte avec enthousiaste. Je l'ai déjà dit mais j'aime les langues anciennes et en plus ça se passe en plus des cours donc moins de temps à passer dehors avec « les autres ». Sans le savoir je viens de donner corps à une nouvelle torture de la part de mes « camarades ».

 

Maintenant en plus de devoir faire face au racket, je dois faire face aux rumeurs (je suis une trainée, je sors avec le prof et j'en passe et des meilleures). En fin de 2e trimestre je décide de me rebeller suite à une sortie au parc Astérix (eh oui) qui s'était très bien passée (nous étions 5 élèves triés sur le volet).


 
C'est là que va débuter mon véritable enfer car tout ceci n'était rien à côté de ce qui m'attend. Au retour des vacances de Pâques, je refuse toute « demande » et donne l'alerte auprès de mes parents. Mes parents réagissent en prenant rendez-vous avec le principal qui ne fait STRICTEMENT RIEN a part dire il faut qu'elle se défende ou c'est des gamineries. Je n'en parle pas à mon prof car je n'ose pas (j'apprendrai plus tard qu'il se doutait de quelque chose).

 

Maintenant je me renferme dans mon silence et ne parlerai de cette histoire qu'à une seule personne bien plus tard. Cependant, mes refus et ma dénonciation entraînent des conséquences : passage régulier à tabac (je suis devenue experte pour cacher les bleus), intensification des rumeurs, vol d'affaires, surnom débile et autres « gamineries ». L'année se termine ainsi et je pars en séjour linguistique loin de la France pour 2 mois. Je ne rentre qu'en Septembre pour l'année de 4e.

 

Mon année de 4e : pas grand chose à signaler sinon que ca va de mal en pis.

 


J'entre en 4e en sachant ce qui m'attend. Je ne suis pas déçue on me remet la même classe avec des profs différents. Heureusement je conserve Mr F. le prof de latin / grec. Les 2 nouveautés sont : 1ère la puberté est passée par là et j'ai maintenant un corps de femme (ça va pas arranger mes affaires) et je commence l'espagnol. Cette 2e chose va me permettre de rencontrer Mme F. la femme de M. F. cette femme va me « redonner la vie » aussi fort que ca puisse paraître si je suis en vie aujourd'hui je lui dois... Mes nouvelles formes de femme vont ajouter la dimension de harcèlement sexuel à mon calvaire... donc ma situation empire... et ça sera comme ca jusqu’à la fin de l'année... Je rentre pas les détails vous les aurez en 3e

 

La 3e : l'enfer tout simplement

 


Je rentre en 3e en sachant que ça va recommencer mais c'est ma dernière année. Je m'accroche mes notes restent à 18. J'espère avoir Mme ou M. F dans plusieurs matières... Je suis exaucée j'ai M. F en français/ latin / grec/ histoire / geo / et prof principal et Mme F en espagnol et anglais. Donc je passe le plus clair de mon temps avec eux... Dès le début de l'année, mes « camarades » démarrent fort. Dans les 15 1ers jours j'ai une fracture de la cheville « pas faite exprès » en sport. 1 mois plus tard c'est au tour de ma clavicule d'avoir un « accident » … Mme F et M. F se doutent de quelque chose, mes parents ne voient rien car je suis douée pour cacher les marques et inventer des histoires. Mme F tente une approche, elle est comme moi (une ancienne harcelée, ancienne danseuse) d'une gentillesse folle, j'ai de bonnes relations avec elle mais ce jour là je lui dirai rien car j'ai honte... 2 mois plus tard, le 18 janvier, je me souviendrai toute ma vie de ce jour là, le pire jour de ma vie... je vais en sport, une fois n'est pas coutume, je suis pas la 1ère partie … je vais vous raconter le pire épisode de ma vie, j'aurais voulu mourir, je pleure en décrivant cette journée maudite...

 

Mes « camarades » m'attrapent et veulent me doucher « pour me laver », ils me déshabillent violemment, je suis nue dans la douche sous le rire et les moqueries de mes tortionnaires. Je vous passe les détails (je suis incapable de les écrire). Après ce calvaire , je suis rouée de coups, puis ils me laissent là. Je me rhabille et file en cours d'espagnol. La prof remarque de suite que quelque chose n'est pas normal. Elle renvoie les élèves, me dit de rester et lui raconter ce qu'il se passe. Elle s'assoit à coté de moi, me passe une couverture autour des épaules, verrouille les portes et éteint la lumière (je saurais plus tard qu'ayant connu le harcèlement scolaire elle a gardé ses réflexes au cas où…) je suis le cas où … Là dans le noir total, je déballe tout : le racket, les coups, les rumeurs et l'épisode précédent.

 

J'ai beaucoup pleuré ce jour-là ce qui ne m'était jamais arrivé devant quelqu'un en dehors de ma famille... j'ai tellement pleuré que je ne pouvais plus m’arrêter. Soudainement elle me prend dans ses bras et me serre en me disant qu'elle est là et je pleure de plus belle. J'ignore combien de temps cela a duré mais elle est restée avec moi jusqu'à ce que je me calme. Entre temps elle avait rallumé la lumière. En reprenant mes esprits je me suis aperçue que je n'étais pas la seule à pleurer... Elle me raccompagne chez moi, veut que j'aille porter plainte, que j'en parle à mes parents : je refuse. Elle garde le secret et invente une histoire pour justifier mon état et mon retour prématuré de l'école accompagnée par une prof. Le lendemain je retourne à l'école et je commence par espagnol. Je sais pas trop comment me comporter au vu de la veille. Le cours se passe sans accroches et Mme F demande à me parler. La elle m'explique 3 choses : elle me raconte son histoire (guère mieux que la mienne) / me dit qu'elle sera toujours là et qu'elle me protégera / me demande de revenir la voir à midi. La matinée se passe. A midi, j'ai un plan d'actions, Mme F va être ma tutrice (dans mon collège il y avait ce système pour les élèves qui le souhaitaient) et à ce titre me garder pendant les récrés et pauses (gros soulagement), je suis désormais dispensée de sport, de musique et de dessin (elle a pris ça sous sa responsabilité) pour « cause de cours de rattrapages » (pour une élève ayant 18 ^^) . 3 semaines plus tard on part en voyage scolaire en Espagne, à la base celui-ci était prévu en hôtel mais finalement j'irai en famille d'accueil (elle et son mari ont une maison en banlieue de S..) ça m'évite de voir mes camarades. Elle m'a protégée au péril de sa carrière durant toute cette année. Elle même a été agressée pour ça mais jamais elle n'a renoncé. Je lui dirais jamais assez MERCI POUR TOUT …

 


Aujourd’hui

 

Aujourd'hui je suis juriste spécialiste en droit pénal en double cursus franco espagnol. Mes cicatrices sont toujours visibles et mes blessures mentales ne se refermeront sans doute jamais. J'ai fait 2 tentatives de suicide ratées de peu grâce à la vigilance de Mme et M. F. Mme F enseigne toujours à R. et continue de me protéger de loin et tient sa promesse d’être toujours là. Je suis la marraine de son fils et je tente de me reconstruire avec son aide, je la protège aussi à ma façon même si elle aime pas ça… Elle est ma meilleure amie, celle qui connaît tout de moi... Aujourd'hui je leur dit MERCI, merci d’être toujours là, merci d'avoir cru en moi, merci d'avoir protégé ma fin d'adolescence et le peu d’innocence qu'il me reste, merci de m'avoir sauvé la vie tout simplement.

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages
commenter cet article

Présentation

  • : Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • : Ce blog est consacré à la lutte contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Tous ensemble, nous pouvons faire une différence.
  • Contact

Recherche