Témoignages

Mercredi 31 décembre 2014 3 31 /12 /Déc /2014 14:56

Si vous voulez m’envoyer votre témoignage, je le publierai avec plaisir, qui que vous soyez. Seulement, pour que votre témoignage soit publiable, il doit respecter les règles suivantes :


- Votre témoignage doit avoir trait au harcèlement scolaire et/ou au cyber-harcèlement. Si vous voulez parler d’un autre problème comme le harcèlement au travail ou la violence conjugale, c’est très bien mais il faut s’adresser ailleurs.


- L’orthographe doit être correcte. Je veux bien corriger un ou deux détails mais je n’ai pas le temps de rectifier un texte bourré d’erreurs.


- Si le témoignage est long, il faut le découper en paragraphes. Le lecteur n’aura pas envie de lire un gros pavé.


- On ne pratique pas la délation, même si c’est tentant. Ne citez pas de noms. Les initiales sont autorisées.


- Ce blog respecte la loi. Les liens vers des sites ou pages de téléchargement illégal, de streaming illégal ou de pornographie sont strictement interdits.


- Aucun propos raciste, sexiste, homophobe, discriminatoire ou assimilé n’est accepté.


La responsable se réserve le droit de supprimer tout texte ne respectant pas ces règles.

Par Iron Calimero - Publié dans : Témoignages
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 1 mai 2014 4 01 /05 /Mai /2014 13:12

Bonjour,

Je suis un homme de 40 ans. Durant mon adolescence, j'ai été victime de harcèlement durant à peu près 3 ans au collège.

Le problème est que je suis de grande taille (je mesure 2m13). Le harcèlement a eu lieu principalement au collège, où j'étais régulièrement pris à partie par une bande d'élèves du collège.

Le schéma est classique, j'étais tout seul et personne ne m'aidait. J’étais tout seul, ils étaient dix, je prenais régulièrement des baffes et je me faisais bousculer sans répondre. Cela a eu des conséquences car j'ai été une personne très renfermée durant très longtemps.

J'ai quand même mené ma vie tant bien que mal et j'ai maintenant une maison. C'est là que le destin est intervenu car j'ai acheté cette maison et aussitôt j'ai ressenti une certaine hostilité de la part d'un voisin (insulte à travers la haie, regard en coin...). Je l'ai reconnu assez rapidement car il s'agissait du chef de la bande qui m'avait harcelé au lycée. 30 ans plus tard il reproduit le même schéma, sauf qu'il me fait pitié, car quand ses enfants balancent leurs ballons chez moi, il leur interdit de venir le réclamer, quand je lui dit bonjour il baisse la tête sans rien répondre. En fait je m'aperçois qu'il n'a pas changé et que c'est un malade mental car il se croit toujours au collège.

 

Comme quoi méfiez-vous messieurs les harceleurs, le destin peut réserver des surprises.

Par Iron Calimero - Publié dans : Témoignages
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 2 décembre 2013 1 02 /12 /Déc /2013 10:34

Bonjour,

 

J'ai été victime d'harcèlement scolaire lorsque j'avais 15 ans (j'en ai 22 aujourd'hui) et je souhaiterais témoigner. Non pas pour faire partager ce  "calvaire" mais pour vous dire comment je m'en suis sortie.

 

J'avais 15 ans. A cette époque, je vivais mal mon adolescence. J'étais mal dans ma peau, je voyais la vie en noir. C'était la grande époque des blogs et je mettais souvent des articles sombres sur ma perception de la vie, si dure parfois.

 

J'ai été prise en grippe par un groupe de filles qui ont utilisé mon nom (à l'époque, les commentaires sur les blogs pouvaient être signés par n'importe qui) pour insulter les filles "populaires" de mon école.

 

Je suis vite devenue la risée de l'école. Un article m'insultant avait même été écrit sur moi. Lorsque j'ai appris cela, j'ai été bouleversée. Le regard des élèves avaient changés, on m'envoyait gratuitement des insultes à la tronche. Les premiers jours ont été terribles...j'avais mal au ventre à l'idée d'aller en classe.

 

Heureusement, j'ai eu la chance d'avoir deux amies qui sont restées près de moi malgré l'opinion général des autres. Après avoir subi en silence et souffert de cette situation, j'ai décidé de changer les choses. J'ai fini par comprendre que, que je fasse les choses dans un sens ou dans l'autre, ils trouveront toujours quelque chose à redire. Alors à quoi bon? Ce jour-là a été mon déclic! Je pouvais faire ce que je voulais, tout ce que je voulais, les autres critiqueraient de toute façon...alors mieux vaut en profiter.

 

A la place de me morfondre sur mon sort, j'ai su prendre avec dérision leurs insultes et critiques. J'ai même été dans la provocation. A cette époque, on me surnommait gothika à cause de mes vêtements et mon maquillage sombre. Un jour je suis venue habillée tout en blanc. J'ai, avec mon amie, alimenter de faux ragots sur moi. Pourquoi? Car ce qu'il disait tenait du faux, de ce que j'avais bien voulu leur faire croire et je me suis beaucoup amusée de cette situation. Au final, lorsqu'on sait se détacher du regard des autres, on touche une liberté de faire qui embellit la vie. Cette période de ma vie, qui aurait dû être un calvaire, et qui l'a été jusqu'à ce déclic, est finalement une des meilleures de mon existence.

 

Aujourd'hui j'aimerais dire à mes "agresseurs" 4 choses:

1) Malgré que je n'ai aucun ressentiment contre eux, j'espère qu'ils comprennent et comprendront que leurs actes peuvent détruire. Que j'ai eu la chance d'être forte mais que ce n'est pas donné à tout le monde.

2) J'aimerais les remercier, car au final ils m'ont libéré d'une vie dictée par les autres. Les remercier car c'est grâce à eux que je suis la fille invincible que je suis aujourd'hui.

3) J'aimerais également dire aux suiveurs que, c'est pas parce que Mme X ou M. Y, populaire du collège, a décidé qu'il faut suivre. Ne soyez pas des moutons car vous risquez d'être leur prochaine cible.

4) J'aimerais aussi leur faire comprendre que, ils ont cru être supérieur à moi et tenir les ficelles. Mais détrompez-vous, c'est toujours moi qui les ais tenues.

 

Voici mes conseils pour les victimes d'harcèlement:

1) Je ne pense pas que nous pouvons (en discutant, en faisant appel au directeur du collège, etc..) changer le comportement de ces personnes. Le changement, il doit venir de vous, il doit se faire dans votre tête. Tant que vous vous poserez en victime, vous en serez une. Ayez le courage de relever la tête. AU final, est-ce si important d'être aimé de personnes si cruelles?

2) Je ne vous conseille ni l'affrontement direct, ni la fuite. L'indifférence est la meilleures des armes. Vivez votre vie comme vous le souhaitez sans prendre garde à leurs critiques et remarques. Faites ce que vous voulez et laissez les frustrées s'acharner si ça leur fait plaisir

3) Ne vous considérez pas comme faible car ce sont eux les faibles. Ceux qui ont besoin d'être entouré pour agir, qui ont besoin de rabaisser les plus faibles pour se sentir supérieur. Vous n'êtes pas inférieur, ils le sont. Puisqu'ils ont besoin de se mettre à plusieurs pour vous faire face. Leurs actes sont ridicules, votre intelligence vous honore.

4) La vie ne s'arrête pas au collège. Il y a des personnes à l'extérieur, des amis qui ne sont pas pollués par des mentalités comme vos agresseurs. Montrez à vos agresseurs qu'ils ne vous atteignent pas et que vous êtes appréciés par d'autres.

 

Le harcèlement scolaire est très douloureux mais ce n'est pas de vous qu'on doit avoir pitié, mais d'eux. Moi aujourd'hui, je sais que je suis supérieure à ces personnes et que, malgré leurs tentatives, ils n'auront jamais le dessus sur moi.

 

J'espère que ce témoignage pourra aider certains d'entre vous, ou faire comprendre aux agresseurs que, malgré leur impression de supériorité, vous êtes faibles. Essayez donc de vous en prendre à égal à vous sans votre horde d'acolytes derrière. Vous ne valez plus rien et j'en ris.

 

Salutations

 

Malorie

Par Iron Calimero - Publié dans : Témoignages
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 14 avril 2013 7 14 /04 /Avr /2013 13:51

A chaque fois que je vous parle d'un enfant qui est mort après avoir été harcelé, j'ai le coeur serré. Cependant, l'histoire de Rehtaeh Parsons est peut-être la pire dont j'ai jamais entendu parler.

 

rehtaeh-parsons.jpg

 

Il y a deux ans, Rehtaeh, alors âgée de quinze ans, se trouvait à une soirée qui a particulièrement mal tourné. En état d'ébriété, à moitié consciente, elle dût subir des actes sexuels de la part de quatre garçons. L'un de ses agresseurs présumés n'a eu aucun scrupule à prendre une photo de la scène et à la publier sur les réseaux sociaux.

 

Pendant des mois, l'adolescente a été la cible d'injures, de quolibets et d'intimidations. Certains camarades de son lycée l'ont traitée de "pute". Sur Internet, les insinuations et les insultes étaient presque quotidiennes. "On ne la laissait jamais tranquille" a expliqué la mère de Rehtaeh Parsons sur la chaîne canadienne CBC. "Ses amis étaient contre elle, des garçons inconnus lui envoyaient des textos et des messages sur Facebook pour lui demander de coucher avec eux puisqu'elle l'avait fait avec leurs copains. Cela ne s'arrêtait jamais".

 

Après un an d’enquête, l’affaire avait été non-classée : pas de charges légales contre les agresseurs de la jeune fille, faute de preuves. Sa mère s’était déclarée « dévastée » et les insultes n’avaient pas cessé. Rehtaeh, qui n'en pouvait plus, s'est pendue. Elle est décédée trois jours après, ce dimanche 7 avril 2013. Son père crie son chagrin.

 

"Je veux que la justice poursuive les garçons qui ont posté les photos", a déclaré la maman de Rehtaeh. "Je ne veux pas que quelqu’un d’autre les poursuive." Nous espérons tous qu'elle obtiendra gain de cause.

 

Repose en paix, Rehtaeh.

 

 

Retour au mémorial

Par Iron Calimero - Publié dans : Témoignages
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Samedi 16 février 2013 6 16 /02 /Fév /2013 10:56

matteo.jpgCe vendredi 8 février 2013, Mattéo a mis fin à ses jours. Il avait treize ans.

 

Les parents de l'adolescent, qui était en classe de 4e au collège Saint Exupéry à Bourg-Saint-Maurice, avaient déjà porté plainte en 2011 contre deux jeunes de l'établissement qui avaient agressé leur fils dans la cour de récréation, alors qu'il était en 6e.

 

Amateur de rap, Matteo,  retrouvé vendredi après-midi pendu dans sa chambre, avait posté une vidéo sur internet dans laquelle cet adolescent aux cheveux roux exprimait son mal-être. "Il y a aussi la discrimination, oui je le crie fort, j'en ai beaucoup souffert, mais il n'y a pas que moi. La vie est une lutte, il faut résister", peut-on entendre.

Le collégien, dont "on avait repéré les difficultés relationnelles avec ses camarades dès son arrivée au collège, avait fait l'objet d'un accompagnement par l'intermédiaire du conseiller principal d'éducation avec qui il avait noué une relation de confiance", a raconté le directeur de cabinet du rectorat, François Charlon.

La 5e et le début de 4e s'étaient "bien passés", selon le rectorat, jusqu'à ce qu'il y a une quinzaine de jours le jeune garçon reçoive un coup de poing. "Cet événement serait passé inaperçu dans d'autres circonstances", a dit le rectorat.

"Le père avait pris rendez-vous avec le directeur du collège et une sanction avait été infligée à l'auteur du coup", a poursuivi M. Charlon.

Une cellule de soutien psychologique a été mise en place au collège en début de semaine.

 

 

Repose en paix, Matteo

 

 

Retour au mémorial

Par Iron Calimero - Publié dans : Témoignages
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Calendrier

Mars 2015
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés