Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:44

Cette page accueillera des témoignages de gens que vous avez peut-être croisés dans la rue, que vous côtoyez peut-être tous les jours. Si vous voulez en soumettre un, vous n'avez qu'à me l'envoyer par message privé. Merci de soigner votre orthographe.

 

 

 

 

Elisa

 

Timothée

 

Cassandra

 

  Monique

 

David

 

Lorraine

 

Galina 

 

  Noelia

 

 Anonymeuuu

 

Malorie 

 

      Marc

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires

Gabriel GONNET 01/02/2011 09:42


Lettre ouverte contre le Harcèlement à l'école



Bonjour,

Notre collectif tient à vous transmettre la lettre ouverte que nous adressons aux pouvoirs publics sur la question du harcèlement entre élèves (souffre-douleur et bouc émissaire à l’école) Ce sujet
est peu traité alors que des campagnes de prévention et même des lois “anti Bullying” existent dans d’autres pays, le “School - bullying», étant l’équivalent de “harcèlement à l’école”.

En France, 1 jeune sur 5 est concerné, c’est pourquoi, nous avons saisi le Ministre de l’Education Nationale, le Ministre de la Santé, la Ministre de la Cohésion sociale, le Président de la HALDE,
la Défenseure des Enfants, de façon à ce que des préconisations soient adoptées qui puissent déboucher sur des actions de prévention et de formation de portée nationale dès la rentrée 2011-
2012.

C’est aussi un appel à signatures.

Restant à votre disposition ainsi que les autres membres du collectif pour répondre à toutes vos questions.


Bien cordialement.

Au nom du Collectif contre le harcèlement à l’école

Gabriel GONNET
Réalisateur
g.gonnet@lacathode.org

À Saint Denis, le 26 Janvier 2011

À : Mr le Ministre de l’Education Nationale, Mr le Ministre de la Santé, Mme la Ministre de la Cohésion sociale,
Mr le Président de la HALDE, Mme la Défenseure des Enfants

Nous souhaitons par la présente attirer votre attention sur la question des enfants harcelés à l’école, maltraitance à l’origine des phénomènes de « souffre-douleur » ou de « bouc-émissaire ». Nous
saisissons donc vos instances afin de trouver des solutions précises et concrètes pour protéger ces jeunes et l’ensemble de la communauté éducative.

Notre intention est également de sensibiliser l’opinion publique, les médias, les acteurs de la communauté éducative (parents comme enseignants), les politiques et les institutions.

Le phénomène du harcèlement entre pairs dans l’espace scolaire est devenu tellement fréquent qu’on ne peut plus faire mine de l’ignorer… Quelle que soit la sociologie de l’établissement, 15 % des
élèves environ (9% en tant que victimes, et 6% en tant qu’auteurs) sont concernés régulièrement par ces phénomènes entre pairs d’humiliations par violences verbales, ou physiques, répétées,
insistantes, qui entament la confiance des victimes en l’école, et en eux – mêmes.

Les conséquences sur les souffre-douleur sont désormais bien connues : perte d’estime de soi, repli social, baisse de l’efficience scolaire, refus scolaire (un quart des élèves absents chroniques
ne peuvent entrer à l’école parce qu’ils ont peur), phobie sociale, dépression, violence contre soi (conduites à risque et conduites addictives, prises de risques sexuels, tentatives de suicide),
violence contre l’autre (les victimes de violence ont près de 5 fois plus de risques de devenir auteur de violences envers les autres).

La « loi du silence » contraint à la fois les victimes et les témoins de ces brimades : on ne fait que peu appel aux adultes, par peur de ne pas être pris au sérieux, et par peur des représailles,
mais aussi par un consensus latent qui désigne la victime comme coupable de la situation, ce qui nourrit chez cette dernière un fort sentiment de honte (le sentiment d’être « nul ») qui alimente la
marginalisation et réamorce les brimades.

Prévenir ces situations si désastreuses pour les victimes comme pour tout le public scolaire, consiste avant tout à mieux les repérer, à améliorer la qualité des interventions, à valoriser les
ressources, mais aussi à mettre en place des dispositifs aptes à briser les enchaînements avant que ces violences ne s’installent, comme inéluctables.

Notre collectif, réunissant des acteurs du champ éducatif mais aussi du soin psychologique et psychiatrique, invite à l’ouverture d’une réflexion nationale sur cette question, afin que la
communauté des adultes ne passe plus « à côté » d’un phénomène devenu à la fois banal et grave, pour les souffre – douleur comme pour l’ambiance générale de l’école française.

Nos voisins européens ont déjà obtenu d’importantes avancées dans ce domaine :
- En Norvège, Dan OLWEUS a largement fait connaître le phénomène des brimades à l’école et le terme anglo-saxon de « School-bullying » (harcèlement à l’école) en prônant la formation des
enseignants et des programmes de prévention précoce.
- Au Royaume Uni, une loi anti Bullying sanctionne les faits de harcèlement dans l’école, une semaine anti bullying (anti bullying week) a été créée.
- En Belgique et en Suisse, des « kits de prévention » sont mis à la disposition des écoles et des intervenants sociaux, et aux Pays Bas, des politiques de prévention pour un « comportement
prosocial ».
- Le Canada a conçu de s programmes spécifiques pour traiter les questions d’« intimidation », et d’« enfants isolés », une journée anti bullying au Canada (anti bullying day) a été créée, appelée
« the pink shirt day ».
- L’Australie et les États Unis ont mis en place des actions et des campagnes spécifiques
- L’UNESCO promeut des travaux très aboutis sur la « gestion non violente des conflits ».


La France dispose aussi de tous les éléments pour analyser ce phénomène et en tirer les conséquences, grâce aux travaux d’Eric DEBARBIEUX, de Nicole CATHELINE, de Jean-Pierre BELLON et Bertrand
GARDETTE de l’APHEE, d’Eric VERDIER, de Brigitte LIATARD avec MédiActeurs Nouvelle Génération sur la médiation par les pairs, et aux Colloques organisés par l’Association des Psychiatres et des
Médecins Scolaire (APSYMED) présidée par le Dr Michel FOUILLET et par Fil Santé Jeunes et Jeunes Violence Ecoute (EPE Ile de France)…

D’autre part, des actions innovantes ont été mises en place dans différentes régions de France : à Clermont Ferrand, Evreux et Louviers, en Seine-Saint-Denis, qui n’ont malheureusement pas été
assez soutenues par nos institutions nationales.

Nous vous proposons donc d’organiser, sous votre haut patronage, une consultation nationale permettant que toutes les pistes de solutions soient explorées et débattues et débouchant sur des
préconisations précises ; elle pourrait être structurée autour des quatre axes suivants :

1° Diagnostiquer, repérer, dépister le phénomène :
- Inscrire le harcèlement comme une priorité dans la lutte contre les violences par l’institution scolaire, et dans la formation (initiale et continue) des personnels ;
- Former et accompagner des pairs et des référents de proximité, fréquentant l’établissement ou plus âgés (comme les jeunes en service civique).
2° Prendre en compte la souffrance des victimes :
- Créer des lieux ressources, des espaces de parole à leur destination ainsi qu’à celle de leurs proches, et des accompagnements individualisés que les technologies multimédia viendraient renforcer
(comme l’aide en ligne).
3° Intervenir auprès des auteurs(es) :
- Intégrer de manière prioritaire le harcèlement dans les violences à combattre dans les instances liées à la vie scolaire (règlement intérieur, CESC, CVL, Heures de Vie Classe, formation des
délégués,…)
- Mentionner clairement et concrètement les sanctions sur le plan de la Loi.
4°Mobiliser les tiers :
- Développer les dispositifs de participation active des élèves à la gestion pédagogique et domestique des établissements : conseils au sens des pédagogies coopératives, formation aux exigences du
droit, c'est-à-dire mise en œuvre effective des articles 12 à 15 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant.
- Compléter les dispositifs de formation et de régulation interne par des équipes d’intervention académiques, ou par des partenaires extérieurs, appuyées sur la diffusion d’outils pédagogiques sur
le plan local et national.

Les résultats de ces consultations donneraient lieu à l’organisation d’un colloque développant les préconisations retenues et annonçant une campagne nationale de prévention à la rentrée scolaire
2011.

Nous tenant à votre disposition pour évoquer plus amplement avec vous ce projet d’envergure, nous vous prions d’accepter, madame, monsieur le Ministre, l’assurance de notre considération
respectueuse.


Principe 2 de la déclaration des droits de l’enfant du 20 Novembre 1959:
« L'enfant doit bénéficier d'une protection spéciale et se voir accorder des possibilités et des facilités par l'effet de la loi et par d'autres moyens, afin d'être en mesure de se développer d'une
façon saine et normale sur le plan physique, intellectuel, moral, spirituel et social, dans des conditions de liberté et de dignité. Dans l'adoption de lois à cette fin, l'intérêt supérieur de
l'enfant doit être la considération déterminante. »













Premiers signataires :



Jean Pierre BELLON et Bertrand GARDETTE, APHEE- Auteurs du livre Harcèlement et brimades entre élèves, Marie-Françoise BONICEL, Maitre de conférence en Psychologie sociale, Membre du Laboratoire de
Psychologie appliquée de Reims : Stress et société
Dr Alain BRACONNIER, Psychanalyste - Centre Albert Binet- Paris
Nicole CATHELINE, CHU Poitiers – auteur


Iron Calimero 01/02/2011 10:26



Merci! ça fait du bien de voir qu'on n'est pas seuls à s'indigner contre cette situation inacceptable.


Je suis à votre disposition. Si vous avez besoin de moi pour quoi que ce soit, n'hésitez pas!



MariaIsabelCarolineCosta.Sky 05/07/2010 20:24


Pour moi, tu as déjà lu mon témoignage, tu peux faire un copier-coller du blog lesvoixdelaverites.sky.


Présentation

  • : Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • : Ce blog est consacré à la lutte contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Tous ensemble, nous pouvons faire une différence.
  • Contact

Recherche