Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 10:57

J’ai trouvé un très beau texte à cette adresse. En voici la traduction.


Comment reconnaître et affronter les harceleurs cachés à l’école.


Les gosses qui harcèlement ouvertement sont faciles à reconnaître: ils sont bruyants, odieux et menaçants.

Les brimeurs sournois sont plus difficiles à identifier. Mais si on ne reconnait pas leurs techniques pour les identifier en tant que tels, on ne peut pas trouver l’énergie pour se monter contre eux et les arrêter.

Voici sept caractéristiques des harceleurs sournois des cours d’écoles:

  1. Ils s’imaginent que leur sens de l’humour est correct. Ils vous utilisent comme un punching-ball émotionnel. Ils croient qu’ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent et que vous êtes supposés l’encaisser. Ils font des remarques vicieuses, méchantes, dévalorisantes et blessantes à votre sujets en public. Ils soulignent toutes vos erreurs et échecs et ils vous confient des secrets embarrassants. Ensuite, ils rigolent comme s’il s’agissait d’une blague. Si vous émettez une objection, ils dissent que vous êtes trop sensible ou qu’ils plaisantaient. Ils considèrent vos sentiments comme stupides et illogiques. Mais si vous dites quoi que ce soit contre eux, gare à vous.
  2. Ils vous filent des coups de coude ou font tomber vos livres, prennent l’air innocent et font comme si c’était un accident. Et ils sourient.
  3. Les harceleurs forment des bandes et des gangs. Ils vous excluent. Ils manipulent ou contraignent d’autres enfants pour qu’ils vous briment. Ils disent que le harcèlement est de votre faute parce que vous êtes différent. Mais la seule personne coupable, c’est eux. Ils veulent le pouvoir, le contrôle et se sentir bien en vous rabaissant.
  4. Ils sont certains d’être plus importants que vous. Ils croient que votre vie devrait être consacrée à leurs besoins, désirs et caprices. Si vous refusez, ils vous donneront mauvaise presse. Ils font semblant d’être votre meilleur ami mais font semblant d’être blessés quand vous ne faites pas tout ce qu’ils veulent. Ils répandent des rumeurs et des mensonges à votre sujet.
  5. Tout le monde est un pion dans leur jeu. Ils pensent que vous avez de la valeur tant que vous pouvez les aider ou les idolâtrer. Ils sont égoïstes, arrogants et exigeants: ils croient que tout le monde devrait s’occuper d’eux. Ceux qui ne les aident pas ou s’opposent à eux deviennent des ennemis. Vous craignez qu’ils se vengent si jamais vous exprimez un désaccord.
  6. Ils pensent que leurs excuses peuvent tout excuser. Ils croient que leurs raisons justifient tous leurs actes. Ils pensent que si vous n’êtes pas d’accord, vous ne les comprenez pas, ou alors c’est que vous êtes maléfique. Les certitudes absolues de ces personnes narcissiques et manipulatrices peuvent vous amener à douter de vous et à vous harceler vous-mêmes. Vous n’êtes plus certains de votre propre jugement et de vos propre sagesse et vous finissez par céder.
  7. Ils croient que leur logique, raisonnements et règles ont valeur absolue. Ils pensent qu’ils ont le droit de faire tout ce qu’ils veulent – prendre ce qu’ils veulent, harceler, maltraiter, attaquer ou répliquer comme ils le souhaitent – mais que tout le monde devrait se soumettre à leurs règles. Si vous êtes blessé par ce qu’ils ont dit ou fait, ils dissent que c’est votre faute et votre problème. Ils pensent qu’ils ont toujours raison et que tout est de votre faute.

Les harceleurs sournois sont des manipulateurs émotionnels. Ils essaient de vous faire vous sentir désespérés et désemparés. Ils vous isolent.


Ignorez votre auto-harcèlement; cette petite voix qui ne vous aime pas, qui vous dit que le narcissique obsédé du contrôle pourrait bien avoir raison. Si vous ne faites pas confiance à vos propres instincts, vous pourriez vous faire aspirer dans un trou noir émotionnel.


Vous ne pourrez jamais être assez gentil pour les changer. Ce n’est pas vous, le thérapeute qui va résoudre leurs problèmes émotionnels. Ce sont les adultes responsables qui sont censés les arrêter, puis les changer ou les isoler. Ce sont des maniaques du contrôle qui ont un sérieux problème. Ne discutez pas avec eux mais ne les ignorez pas non plus.


Ces harceleurs sont là depuis toujours. Une citation d’un des plus vieux livres du monde, “Le Mahabharata,” dit, “Si vous êtes doux, [les brutes] croiront que vous avez peur. Ils n’arriveront jamais à comprendre les motifs de votre douceur. Ils penseront que vous êtes faibles et que vous ne résisterez pas.”


Voyez les comme les manipulateurs sournois qu’ils sont. Répliquez verbalement. Demandez de l’aide.

Demandez à vos amis d’enregistrer ce qu’ils disent ou font. C’est à ça que servent les téléphones portables. Demandez de l’aide à un professeur digne de confiance et à vos parents. Répondez physiquement s’il le faut.

Si on n’arrête pas les petites brutes, ils nous prennent pour des proies faciles. Comme des requins, ils en demandent toujours plus.


Gardez une flamme qui brûle dans votre cœur. Vous êtes peut-être une cible mais ne soyez pas une victime. Défendez-vous.


Le harcèlement ne doit pas être toléré.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Iron Calimero - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Mary 05/01/2013 15:58

Merci ! Aragatz ça fait su bien d'être "entendu" et de pouvoir exposer son problème sans avoir de jugement. Quand on vie cette situation on à tendance à vouloir rester seule mais maintenant je
comprend bien qu'il ne le faut surtout pas, c'est qui est le plus destructeur pour soi.

Aragatz 05/01/2013 10:47

Mary, il existe des CMP (Centres Médico Psychologiques) où les consultations sont gratuites, avec équipes pluridisciplinaires (psychologues, psychiatres, infirmières psychiatriques et aussi
assistantes sociales), même si souvent leur approche thérapeutique reste généraliste. Il y en a certainement près de chez toi (en général les grandes villes), renseigne-toi (avec ton médecin
traitant par exemple).
Je te dis ça en connaissance de cause puisque je consulte par ce biais depuis pas mal d'années déjà (j'ai bientôt 35 ans) et pour les mêmes raisons de harcèlement ! Car même des années après ça
laisse des séquelles douloureuses qui peuvent se réveiller à tout moment selon les événements et circonstances. Psychologiques mais aussi sociales, scolaires puis professionnelles, santé... Et l'on
tombe sur des gens assez compréhensifs et compétents pour nous aider... ou pas !
Non seulement mon propre harcèlement m'a rendue dépressive chronique, mais perturbée par cela, alors qu'à l'origine j'aurais dû sauter le CP (je n'ai même fait que 2 mois de CE1, l'institutrice ne
pouvant tout simplement pas me supporter !), très bonne élève jusque-là (sauf les maths), j'ai craqué en 3ème et accumulé les redoublements (3ème, 2nde, terminale L et 1ère année de fac psycho !).
Pareil que toi, je suis devenue très méfiante envers les gens, pas de confiance en moi, beaucoup de blocages, de démotivation (le moindre projet sortant légèrement des sentiers battus me valait à
chauqe fois un retentissant "Ca ne marchera JAMAIS !" de la part de mes proches, avant même d'avoir démarré) si bien que je n'ai même plus d'autre ambition que de rester à la maison et d'élever mon
enfant (quand nous en aurons enfin un avec mon mari, plutôt problématique ça aussi mais bon c'est un autre problème), ne voulant pas retrouver au travail du harcèlement comme dans ma scolarité, je
me protège, quitte à ne vivre qu'avec un seul salaire (à tort peut-être car pas facile même pour 2 de tenir la fin du mois...)
Sans tous ces problèmes et surtout si j'avais pu être mieux aidée, soutenue, comprise par davantage de personnes compétentes (hors famille, je voulais dire profs, psys...), pendant et après mon
harcèlement, je n'en serais certainement pas là psychologiquement, socialement et professionnellement (Et encore ç'aurait pu être pire : délinquance, anorexie, boulimie, drogue, alcool...) Je ne
peux faire autrement que d'assumer et vivre avec tant bien que mal...

Iron Calimero 05/01/2013 11:28



Merci Aragatz! C'est beau de voir à quel point les habitués qui viennent ici sont solidaires!


Mary, tu peux faire confiance à Aragatz, c'est vraiment quelqu'un de bien. Je suis sûre que toi aussi, tu es quelqu'un de très bien et j'espère que tu vas vite trouver des gens bien avec ça.



Mary 04/01/2013 03:47

Bonjour,

j'ai 24 ans,j'ai un bac+3, j'ai été victime de harcèlement scolaire du CM2 à la 2nd. Cela c'est concrétisé par des moqueries,insulte,coups et humiliation en tous genre, cela tous les jours. j'était
"la honte","la moche","la sans voix"..une fois une fille m'a même dit que j'aurai du mourrir à la naissance. Je n'avais pas de copine et dès que je voulais en avoir on refusais qu'il ou qu'elle me
parle sous peine de ne plus leur adresser la parole. j'en est jamais parlé à personne trop honte de ce qui m'arrivait. Je me suis reconstruite petit à petit (c difficile) en redoublant ma 2nd en
internat,( j'ai fait du théâtre et je me suis investi dans l'association de mon lycée), j'ai trouvé en quelque sorte une raison d'être et passant mes année de lycée et d'étudiantes loin de mon
ancien collège et lycée, je n'ai plus eu d’ennui par la suite. Aujourd'hui je suis renforcé d'expériences de vie de groupe génial où j'ai rencontré des gens formidable (vie de couple, engagement
associatifs,vie étudiante, service civique,expériences professionnel..) mais je manque toujours et encore cruellement de confiance en moi et d’assurance(on me le répète à tous les coup), je doute à
tous les coup de mes capacité pourtant je suis pleine de bonne volonté et de courage, j'ai aussi du mal à m’orienter professionnellement,à m’estimer face au autre. je croit que j'ai sous estimé les
conséquences de ce harcèlement et ça me met vraiment en difficulté dans le monde du travail face à des personne qui ne son pas bienveillante. J'ai beaucoup de mal à m'affirmer et à me défendre. Je
voudrait aussi me sentir plus libre et à l'aise dans les relations sociales, je suis toujours à penser que certaine personne me veule du mal ou parle de moi en négatif. Quand je suis dans un climat
avec des personnes qui me prête attention ça va mais lorsque je me retrouve à m'assumer toute seule je me sens délaisser et laisser pour contre. Pour me sentir en confiance dans mon travail j'ai
besoin d'être "coucouner" ou de prendre beaucoup de temps d'adaptation le problème c'est qu'il faut être opérationnel rapidement et que les personne son pas là pour "coucouner" donc je me
disqualifie en ayant un profil psychologique "inapté" et sa fait beaucoup de souffrances. Je voudrai être aidé mais je ne sais pas par ou commencer à qui en parler ? Je pense que j'aurai besoin
d'un suivi psy mais ce n'est pas remboursé et ça coûte cher. je ne sais pas s'il existe des aides? Si quelqu'un peu m'aider, je vous remercie.

Aragatz 11/12/2012 11:38

Se méfier aussi de l'eau qui dort : à cause d'un garçon qui m'insultait, j'ai dû le signaler à la CPE. Je ne sais pas exactement comment il avait été grondé et/ou puni, mais toujours est-il que du
jour au lendemain, il était devenu doux comme un agneau, aimable et poli avec moi comme jamais il ne l'avait été auparavant ! Et moi, de bonne foi, j'ai vraiment cru qu'il avait compris et regretté
sincèrement le mal qu'il m'avait fait et ne recommencerait jamais.
En fait, avec bien du recul, son attitude ne servait qu'à endormir ma méfiance, augmenter ma naïveté, et se rendre compte au bout d'un certain temps que tout était bien "oublié" avant de se venger
à la 1ère occasion.
Qui est arrivée en fin de 5ème : entraînant toute la classe avec lui lors d'une sortie scolaire en forêt avec notre prof de SVT, il m'a lancé des escargots à la figure et on m'a ensuite "habillée"
avec ces immondes bestioles, sous l'indifférence la + totale de la prof, qui de ce fait cautionnait ce qu'on me faisait. Et de mon côté, j'avais culpabilisé d'avoir un jour avoué que j'en avais une
phobie absolue ! Du coup évidemment, ce méchant gamin s'était engouffré dans la brêche que j'avais ouverte sans imaginer une seule seconde les conséquences...
Par la suite, je n'ai plus jamais avoué la moindre faiblesse, la moindre faille, puisque ça se retournait contre moi, qu'on savait faible, naïve (un trait de caractère qui peut sembler paradoxal et
incompatible avec mon statut de bonne élève intello)
Mais j'ai eu d'autres ennuis les années scolaires suivantes, ce que je raconte dans un livre (toujours en étude chez l'éditeur)...
Comme quoi même si des mesures prises contre des harceleurs semblent efficaces au 1er abord, ils sont assez malins pour retourner la situation en leur faveur, comme décrit dans l'article mis par
Ironcaliméro, ou aussi attendre un certain temps pour que la sanction soit oubliée, les vigilances relâchées, pour recommencer leur mal au 1er prétexte qui leur tombe sous la main !...

Iron Calimero 11/12/2012 12:10



Quel sournois! C'est vrai qu'il y en a qui sont tordus. J'espère que ça va marcher avec ton éditeur.



gene 04/12/2012 14:46

j'ai mis le texte sur mon blog avec votre lien .

Présentation

  • : Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • Anti-bullying, tous ensemble contre le harcèlement entre élèves
  • : Ce blog est consacré à la lutte contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Tous ensemble, nous pouvons faire une différence.
  • Contact

Recherche