Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 17:54

 

Cet article est basé uniquement sur mon expérience personnelle. Je suis intervenue dans un lycée et voici ce que j’en ai retiré. Peut-être que ce que j'ai vécu ne s'applique pas dans d'autres types d'établissements.


Je suis devenue intervenante un peu par hasard : j’ai vu une annonce sur facebook et je me suis proposée. Il y a des intervenant.e.s indépendant.e.s, d’autres qui travaillent pour des associations.

Ce que je conseille d'abord, c'est bien se préparer à l'oral. Préparez un plan et entrainez-vous à faire un exposé oral une fois par jour, au moins une semaine avant le grand jour. Quand j’ai répété mon texte pour la première fois, j'ai été submergée par les émotions et je n'ai pas pu parler longtemps mais à force de répéter tous les soirs, j'ai fini par faire mon exposé sans problèmes.

Il y a sûrement beaucoup de façons de faire ce genre d'exposés. Voici ma méthode : je commence par expliquer le principe du harcèlement (en expliquant que c’est un phénomène de groupe, de longue durée, en citant des chiffres...) Ensuite, je raconte mon témoignage et ensuite je demande si les personnes présentes ont des questions.

Pour la partie suivante, on demande aux élèves de former des petits groupes (5 ou 6 personnes) et de réfléchir à ce qu'iels peuvent faire lors d'une situation de harcèlement. Enfin, on met les idées en commun.


Conseils pour agir sur place:

- N’hésitez pas à poser des questions au personnel de l’établissement avant de commencer.
 
- Renseignez-vous sur ce qui concerne le harcèlement en général (le 3020, les méthodes contre le harcèlement, les réseaux sociaux…). Si vous n’arrivez pas à répondre à une question, ne culpabilisez pas. Ça arrive à tout le monde.
 
- Pour faire votre intervention, vous allez devoir sans doute rester debout un long moment. Tenez-en compte et portez des chaussures confortables et des vêtements dans lesquels vous vous sentez bien.

- Prévoyez une bouteille d’eau et de quoi grignoter. Si vous utilisez les toilettes des élèves à un moment, prévoyez aussi des serviettes en papier et du gel hydro-alcoolique. On ne sait jamais.

- Eteignez votre téléphone portable avant de commencer.

- Attendez-vous à entendre des questions insolites, ou même des propos déplacés. Certain.e.s élèves vont peut-être proposer comme solution de tabasser le harceleur. Il faudra expliquer pourquoi c'est une mauvaise idée.

- On va sûrement vous demander pourquoi vous n’avez pas fait ceci ou cela ou pourquoi votre voisin de table n’a pas débarqué pour vous aider en mode Superman… renseignez-vous sur l’effet spectateur et l’effet de sidération.

- Il se peut qu'à un moment, vous détectiez un.e enfant qui a vraiment l'air en souffrance. N'hésitez pas à signaler discrètement le problème au personnel de l'établissement.

- Si une question vous gêne vraiment, vous pouvez toujours refuser gentiment de répondre. Rien ne vous y oblige.

 
Le glurge

Si vous racontez votre expérience de harcèlement, vous pouvez être tenté.e d’en rajouter et d’exagérer ce qui vous est arrivé et/ou ce que vous avez ressenti, dans le but d’impressionner votre auditoire.

Vous n’avez pas besoin de faire ça. Au contraire, c’est contre-productif. Les enfants sont souvent bien plus perspicaces qu’on voudrait le croire et s’ils se rendent compte que vous essayez de manipuler leurs émotions en leur mentant, ça va vous faire perdre toute crédibilité.

Soyez honnêtes. Dans une classe de 30 élèves, il y en aura probablement un.e qui ne vous croira pas mais ce n’est pas grave. L’important, ce sont les 29 qui vous auront écouté.e.


Important

Beaucoup d'entre vous aiment bien se prendre en selfie et les poster sur les réseaux sociaux, et il n'y a aucun mal à cela. Seulement, demandez la permission de l'école avant de poster des images reconnaissables, et ne photographiez pas les gens sans leur consentement, qu'il s'agisse des autres intervenant.e.s, des enseignant.e.s ou des élèves. Le droit à l'image, ça existe. (la photo qui illustre l'article provient d'une banque de données d'images libres de droits).


L'après intervention

Après l'intervention, vous aurez peut-être besoin de vous isoler. Ou peut-être qu'au contraire, vous aurez besoin d'en parler beaucoup. Ces deux réactions sont valables. Faites quelque chose d'agréable et essayez de décompresser.


Bonne intervention!  :)

Partager cet article
Repost0

commentaires